Syrie : 10.000 déplacés pendant la prise des quartiers rebelles d'Alep par le gouvernement

DÉPLACÉS - Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, au moins 10.000 personnes ont fui les quartiers rebelles d'Alep dans la nuit de samedi à dimanche, assiégés par le gouvernement de Bachar el-Assad.

Alors que les quartiers rebelles d'Alep sont pris pour cible par le gouvernement, les habitants n'ont d'autre choix que de fuir les combats. Dans la nuit de samedi à dimanche, 10.000 civils ont dû quitter la partie est de la ville selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.


"Au moins 6000 d'entre eux sont allés dans le quartier (sous contrôle des forces kurdes) de Cheikh Maqsoud", a précisé à l'AFP l'organisation, "le reste est allé dans les zones gouvernementales". Selon son directeur, Rami Abdel Rahmane, "c'est le premier exode de ce genre" dans cette zone depuis quatre ans.

Le plus grand quartier rebelle repris par les forces gouvernementales

Dimanche la télévision d'Etat syrienne avait diffusé des images de ces déplacements. De nombreux civils se rassemblaient pour monter dans des bus verts venant les chercher, avec les bombardements qui retentissaient au loin. Selon les médias officiels, ceux qui se réfugiaient dans les zonez gouvernementales ont été emmenés "par l'armée vers des lieux sûrs".


Le 15 novembre, le régime de Bachar el-Assad avait lancé une vaste offensive pour reprendre ces quartiers où vivent près de 250.000 personnes. Samedi, il avait d'ailleurs repris le plus grand d'entre-eux, celui de Massaken Hanano, avant de s'emparer un peu plus tard de Jabal Badro, Baadine, Inzarat, al-Sakan al-Chababi et Aïn al-Tall selon l'OSDH. Les rebelles auraient ainsi perdu environ 30% de leur territoire.

En vidéo

VIDÉO - La vie quotidienne dans une ville assiégée depuis trois mois

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter