Syrie : quand la Russie paralyse l’ONU

International
TENSIONS - Après les frappes américaines, les échanges diplomatiques sont vifs. Les membres du Conseil de sécurité des nations unies durcissent le ton. La Russie, premier allié de la Syrie, se montre presque menaçante. Mais Washington ne se laisse pas impressionner. Il y a deux jours déjà, le bras de fer était déjà bien engagé : les Russes, comme à l'habitude, refusaient une résolution concernant la Syrie. En retour, l’ambassadrice américaine interpellait son homologue en montrant les photos des enfants victimes de l'arme chimique.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

LE WE 20H

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter