Syrie : une milice syrienne rebelle rejette la trêve

DirectLCI
SCEPTICISME - Alors que la trêve en Syrie, approuvée par le régime de Bachar Al-Assad, doit entrer en vigueur ce lundi 12 septembre, la milice syrienne, Ahrar Al-Cham, réputée pour son influence sur le terrain de la rebellion, estime pour sa part que "l’accord russo-américain (…) fait partir en fumée tous les sacrifices" d'une guerre qui s'enlise depuis cinq ans maintenant.

Doit-on y voir un mauvais présage ? L’accord russo-américain, qui prévoit une trêve de 48 heures à partir de ce lundi à 19 heures locales a été rejeté par la milice salafiste syrienne Ahrar Al-Cham. Il s’agit là de la première réaction officielle d’un premier groupe rebelle parmi la mosaïque de mouvement d’insurgés et islamistes qui combattent le régime de Bachar Al-Assad. 

"L’accord ne fait que renforcer le régime"

Selon le groupe Ahrar Al-Cham,  le cessez-le-feu conclu entre Washington et Moscou à Genève la semaine passée ne fera "qu'augmenter la souffrance" des Syriens. Dans une vidéo consultée par l'AFP,  Ali El-Omar, adjoint du commandant général du groupe argue  dans son discours que "l’accord russo-américain (…) fait partir en fumée tous les sacrifices et les gains de notre peuple révolté ; il ne contribue qu’à renforcer le régime et à encercler la Révolution militairement". 


 Salem al-Mouslet, le porte-parole du Haut comité des négociations (HCN) de l'opposition syrienne, a par ailleurs demandé des "garanties" sur l'application de la trêve. "Nous voulons savoir quelles sont les garanties (...) Nous espérons qu'il y aura des garanties et nous demandons des garanties spécialement des États-Unis, qui sont partie prenante de l'accord". 


D'autres groupes rebelles syriens auraient également écrit aux États-Unis pour exprimer leurs inquiétudes sur les modalités de l'accord, tout en souhaitant "coopérer positivement" au cessez-le-feu. Les rebelles reprocheraient à l'accord de négliger les zones assiégées, comme la ville d'Alep,  et demandent que l'aide soit acheminée sans entrave dans toutes les zones du pays sans exception. 


Doutes sur de nouveaux raids du régime

Les rebelles s'interrogent aussi sur une disposition qui prévoit que les avions du gouvernement syrien ne seront pas interdits de vol pendant une durée de neuf jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu. Une disposition laissant planer le doute sur de nouveaux raids selon les rebelles.



Une crainte qui a probablement conduit à cette  annonce officielle du groupe Ahrar Al-Cham, puisque elle  intervient dans le sillage  de raids et de bombardements aériens ces derniers jours en Syrie. Des frappes d’avions auraient tués dimanche au moins 62 morts dans la localité insurgée d’Idleb (nord-ouest), à l’heure où les habitants faisaient leurs achats pour célébrer l’Aïd el-Kébir, la fête musulmane du sacrifice, célébrée ce lundi. 

En vidéo

Trêve en Syrie : un but commun pour les Américains et les Russes, "la destruction de Daech"

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter