Syrie : Vladimir Poutine reçoit et félicite Bachar al-Assad avant un entretien avec Donald Trump

Syrie : Vladimir Poutine reçoit et félicite Bachar al-Assad avant un entretien avec Donald Trump

DirectLCI
DIPLOMATIE – Le président russe a rencontré lundi soir à Sotchi son homologue syrien, qu’il a félicité pour ses "résultats" dans la lutte contre le terrorisme. À la veille d'un sommet Russie-Turquie-Iran sur la Syrie, le maître du Kremlin doit également s’entretenir avec Donald Trump ce mardi.

Vladimir Poutine s’active sur le front syrien. Le président russe a rencontré Bachar al-Assad lundi soir dans sa résidence de Sotchi, sur les bords de la mer Noire. "Vladimir Poutine a tenu des négociations avec le président syrien Bachar al-Assad qui s'est rendu en Russie pour une visite de travail", a fait savoir Moscou. Le chef du Kremlin a notamment "félicité" Bachar al-Assad pour ses "résultats" dans la lutte contre le terrorisme, estimant que "la défaite inévitable et définitive des terroristes" était proche en Syrie.

   

Selon Vladimir Poutine, cette rencontre visait avant tout à discuter du "règlement politique et pacifique à long terme" de la situation syrienne, qui devra suivre cette défaite annoncée. Bachar al-Assad a quant à lui tenu à exprimer à son homologue "la reconnaissance du peuple syrien" pour l'aide de la Russie dans la défense "de l'intégrité territoriale et de l'indépendance du pays". 

En vidéo

Raqqa : les habitants retrouvent une ville en ruine après le départ des djihadistes de Daech

Des consultations tous azimuts

À la veille d'un sommet tripartite Russie-Turquie-Iran sur la Syrie, lui aussi organisé à Sotchi, le Kremlin a par ailleurs indiqué que Vladimir Poutine allait s’entretenir avec Donald Trump ce mardi. Des consultations tous azimuts avec plusieurs chefs d’Etat. "Dès aujourd'hui (lundi, ndlr) une discussion avec l'émir du Qatar est prévue, et demain (ce mardi), avec le président des Etats-Unis Donald Trump", a déclaré la présidence. De quoi satisfaire – en façade tout du moins, Bachar al-Assad : "Nous avons l'intérêt à faire avancer le processus politique (...). Nous ne voulons pas regarder en arrière et nous sommes prêts à un dialogue avec tous ceux qui souhaitent vraiment aboutir à un règlement politique."


Alors qu’au moins 330.000 personnes sont mortes et des millions d’autres forcées à l’exil en six ans de conflit, le but est de réussir à relancer le processus de paix. Pour l’heure, toutes les tentatives de mettre fin à la guerre se sont heurtées au sort du Bachar al-Assad. La dernière initiative russe visant à réunir régime et opposition en Russie a été reçue froidement par les rebelles et aucune date n'a été fixée pour cette rencontre, d’abord évoquée pour le 18 novembre et désormais espérée début décembre. 


En attendant, les différentes factions de l'opposition syrienne se réunissent à partir de mercredi à Ryad à l'invitation de l'Arabie saoudite, qui parraine, elle, le Haut Comité des Négociations (HCN) regroupant des groupes rebelles opposés au régime de Damas. Leur objectif est d'unifier leurs positions en vue de la reprise des négociations à Genève le 28 novembre qui doivent se concentrer sur la rédaction d'une nouvelle constitution et la tenue d'élections. Un processus qui a reçu le soutien de Vladimir Poutine et Donald Trump mi-novembre dans une déclaration commune rare vu l'état des relations entre Moscou et Washington.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter