Taxe Gafa : Donald Trump menace de surtaxer le vin et certains produits français jusqu'à 100%

En réponse à l'instauration voulue par la France d'une taxe sur les géants du numérique, le président américain a de nouveau menacé Paris de surtaxer des produits français.
International

RÉPLIQUE - En réponse à la législation française visant à instaurer une taxe sur les géants américains du numérique, l'administration américaine menace des droits de douanes additionnels sur certains produits français.

À quelques heures du sommet de l'Otan, à Londres, où il est arrivé dans la soirée de lundi, Donald Trump ressort l'arme des taxes. L'administration américaine menace d'imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu'à 100%, sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique. 

Parmi les produits qui pourraient être surtaxés figurent de nombreux fromages dont le Roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main. Une annonce qui fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par le représentant américain au Commerce (USTR) concluant que cette législation française dite "Gafa" (Google, Apple, Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines. 

Lire aussi

L'Autriche, l'Italie et la Turquie également dans le viseur

Ces nouvelles menaces sont dévoilées la veille d'une rencontre entre Donald Trump et Emmanuel Macron qui doit se tenir mardi à Londres à 14h00 locales, dans le cadre du sommet de l'Otan. Comme il est d'usage, l'USTR a en outre annoncé une période de consultations publiques. L'administration Trump envisage par ailleurs d'ouvrir une enquête à l'encontre de l'Autriche, de l'Italie et la Turquie pour déterminer si les taxes du numérique menaçaient les entreprises américaines. 

En vidéo

Surtaxes américaines : les vignerons français doivent-ils s'inquiéter ?

La taxe Gafa impose ces entreprises à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France, notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes. Cette solution a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales.  Les ministres des Finances du G20, réunis à Washington en octobre, avaient ouvert la voie à des négociations cruciales au sein de l'OCDE sur ce dossier, avec l'objectif de parvenir à un accord mondial d'ici le mois de juin. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter