Tempête chez CBS : le patron de la chaîne américaine accusé de harcèlement sexuel

International

Toute L'info sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

#METOO - Leslie Moonves, l'un des hommes les plus puissants de la télévision américaine, est dans la tourmente depuis la parution d'un article dans le New Yorker dans lequel six femmes l'accusent de les avoir touchées ou embrassées de force. Des faits, qui se seraient produits du milieu des années 80 au début des années 2000, que le principal intéressé nie avec fermeté.

Il était l'un des plus fervents supporteurs du mouvement #MeToo, lançant même une commission visant à faire disparaître la harcèlement sexuel sur le lieu de travail. "Je me suis dit qu'il n'avait honte de rien", témoigne Janet Jones, l'une de ses victimes présumées auprès du New Yorker. Comme elle, cinq autres femmes accusent Leslie Moonves, puissant patron de la chaîne américaine CBS, de les avoir touchées ou embrassées de force, portant ainsi préjudice à leur carrière. Les faits s'étalent sur plusieurs années, du milieu des années 1980 au début des années 2000.

Toutes témoignent dans un article de Ronan Farrow, fils de l'actrice Mia Farrow et du réalisateur Woody Allen, déjà auteur des révélations sur l'affaire Weinstein. Trois prennent la parole à visage découvert, comme l'actrice Illeana Douglas ("Six Feet Under") qui raconte avoir été "embrassée violemment" lors d'un rendez-vous professionnel. Quelques semaines plus tard, elle perdait son rôle dans une comédie alors en tournage et pas encore diffusée. S'il reconnaît avoir tenté de l'embrasser, Leslie Moonves rejette toute accusation de harcèlement sexuel. "J'ai toujours compris et respecté le fait que "non" voulait dire "non" et je me suis tenu à ce principe", a-t-il déclaré dans un communiqué, affirmant qu'il n'avait "jamais utilisé [sa] position pour causer du tort à la carrière de quelqu'un ou l'entraver".

Une enquête interne est en cours

Une douzaine d'autres femmes évoquent une situation de "laisser-faire" sur les questions de harcèlement et agression sexuels chez CBS, l'un des principaux networks outre-Atlantique qui diffuse  des séries comme "The Big Bang Theory", "NCIS" ou encore la populaire émission de reportages "60 minutes". Faux, rétorque la communication de CBS qui souligne être très soucieuse des problèmes sur le lieu de travail et prend très au sérieux chaque signalement de mauvaise conduite". 

"Nous ne croyons pas, cependant, que le portrait de notre société peint par le New York Times représente une plus grande organisation qui fait le maximum pour traiter ses dizaines de milliers d'employés avec dignité et respect", poursuit le communiqué relayé par le New Yorker. Soutenu par sa chaîne, Leslie Moonves a également reçu l'appui de son épouse, la populaire animatrice Julie Chen, qui officie elle aussi sur CBS. "Leslie est un homme bon et un père aimant, un mari dévoué et un chef d'entreprise inspirant. Il a toujours été gentil, décent et moral", a-t-elle écrit sur Twitter.

Lire aussi

En novembre, la chaîne s'était déjà séparée de son présentateur Charlie Rose après que huit femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel. Aucune décision n'a encore été prise concernant Leslie Moonves mais preuve que ces accusations sont prises au sérieux, CBS a annoncé l'ouverture d'une enquête interne avant même la parution de l'article de Ronan Farrow. Un fait rarissime. "Une fois que les investigations terminées (...), le conseil d'administration étudiera ses conclusions et prendra les actions nécessaires", ont annoncé les administrateurs indépendants chargés de faire la lumière sur cette affaire. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter