Tensions à Jersey : des bateaux français et anglais se télescopent volontairement

Navires de pêche français manifestant au large de l'île de Jersey.

INSOLITE - Une cinquantaine de bateaux de pêche français se sont réunis ce jeudi matin dans les eaux de Jersey pour manifester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. Lors de cette démonstration de force, deux navires français et anglais se sont heurtés, semble-t-il volontairement. Un accrochage symbole de tensions grandissantes.

Un accident qui en dit long. Deux bâtiments de pêche anglais et français se sont volontairement télescopés ce jeudi lors d'une manifestation au large de l'île de Jersey. Les images de la vidéo diffusée par ITV News montre les deux bateaux modifier leur trajectoire, se heurter légèrement puis s'éloigner, sans dommage apparent. Bien que relativement mineur, cet événement met en avant les tensions croissantes entre la France et le Royaume-Uni. En effet, depuis plusieurs jours, les deux pays s'écharpent sur fond d'accord de pêche post-Brexit. 

Toute l'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

Entre 50 et 60 bateaux de pêche français se sont retrouvés ce jeudi matin devant le port de Saint-Hélier, capitale de Jersey, pour manifester contre les conditions de pêche imposées aux marins tricolores après le Brexit. L'accord initial prévoit notamment que les Britanniques délivrent des licences pour la zone des 6-12 milles marins au large de leurs côtes, un secteur riche en poissons où les pêcheurs européens se rendaient traditionnellement. 

Une escalade entre les deux pays

Or, en fin de semaine dernière, le Royaume-Uni a fait part de sa volonté d'introduire de nouvelles clauses "non prévues" pour la délivrance de ces précieux documents. Selon le ministère français de la Mer, ces nouvelles exigences "qui n'ont pas été concertées, discutées ni notifiées avant" portent principalement sur la modification des zones de pêche et la limitation des mouvements au sein des eaux de Jersey, territoire dépendant de la couronne britannique.

En représailles, Paris a menacé Jersey et l'Angleterre de fortes "mesures de rétorsion". Lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale, Annick Girardin a même annoncé de possibles répercussions sur le "transport d'électricité par câble sous-marin" qui alimente l'île depuis la France. Ce jeudi, un nouveau palier a été franchi lorsque les autorités britanniques ont décidé de déployer deux navires de guerre sur place. Une manœuvre à laquelle la France a répondu en envoyant à son tour deux patrouilleurs. 

Lire aussi

En début d'après-midi, les navires de pêche frondeurs ont commencé à quitter les eaux de Jersey. "Maintenant, c'est aux ministres de s'arranger. Nous, on va plus pouvoir faire grand-chose", a déclaré Ludovic Lazaro, pêcheur de Granville (Manche). "La démonstration de force est faite. C'est le politique qui doit prendre le relais", a confirmé Dimitri Rogoff, président du comité régional des pêches de Normandie. "Ce n'est pas aux pêcheurs d'aller faire un blocus de Jersey pour obtenir ce qu'ils veulent", a-t-il ajouté. "Maintenant, si on n'obtient pas gain de cause, il faut que la ministre coupe la lumière".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

EN DIRECT - Vaccin anti-covid : Doctolib annonce 62.000 rendez-vous pris pour les moins de 18 ans

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

"Ça va être Gilets jaunes puissance 10" : la fronde des automobilistes contre les ZFE en centre-ville

Bac : diplômé à 13 ans en 2015, que devient Pierre-Antoine ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.