L'ambassade de Chine plaide le piratage après la publication d'un dessin polémique sur Twitter

Lu Shaye, l'ambassadeur de Chine en France, est arrivé à Paris le 31 juillet 2019.
International

DÉRAPAGE - Après la publication d'un dessin polémique aux relents complotistes sur son compte Twitter, l'Ambassade de Chine en France évoque un "piratage".

L'ambassade chinoise en France, décidément rompue aux polémiques. Dans la soirée du dimanche 24 mai, le compte officiel de l'ambassade a publié un dessin prompt à générer une fois encore l'ire diplomatique. 

Sur ledit dessin, on voit une représentation de la faucheuse drapée dans un drapeau américain, sa faux ornée du drapeau d'Israël, qui, après avoir fauché les portes de différents pays à feu et à sang (Irak, Libye, Syrie, Ukraine, Venezuela), écrits en anglais, traduits en mandarin, se révèle sur le point de décimer Hong Kong... Un tweet ayant été effacé quelques minutes après sa publication et qui a été mis à jour par un compte célèbre pour déterrer les tweets effacés. 

Un dessin on ne peut plus polémique, accusant les Etats-Unis d’être responsables des conflits ayant marqué ces pays et incriminés de vouloir en créer un nouveau, à Hong Kong, où a lieu un regain de tensions

De quoi embraser les réseaux sociaux et de quoi réclamer des explications de la part de l'ambassade chinoise qui n'en est pas à sa première provocation abrasive. L’ambassadeur Lu Shaye avait été convoqué en urgence, le 14 avril dernier, par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après la publication d'un texte critiquant la réponse occidentale à la pandémie de nouveau coronavirus.

L'oeuvre d'un pirate, selon l'Ambassade

Selon l'ambassade de Chine en France, ce tweet nauséabond de dimanche serait en réalité l'œuvre d'un pirate qui aurait "falsifié le compte officiel de Twitter de l'Ambassade de Chine".

"Éclaircissement", affirme-t-elle sur son compte lundi matin. "Quelqu'un a falsifié le compte officiel de Twitter de l'Ambassade de Chine en publiant un dessin intitulé 'Qui est le prochain ?' L'Ambassade tient à le condamner et s'attache toujours au principe de véracité, d'objectivité et de rationalité des informations." Des excuses n'ayant guère convaincu les internautes, notamment le spécialiste de la Chine Antoine Bondaz, doutant sérieusement de cette version ("Le dessin a été like et repris d'un commentaire" écrit-il).

Ce tweet arrive en pleine crise diplomatique où la Chine a menacé lundi 25 mai les États-Unis de représailles après les menaces de sanctions américaines en raison d'un projet chinois de loi sur la sécurité nationale à Hong-Kong. 

Lire aussi

Lors d’un point presse tenu ce lundi 25 mai, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangère Zhao Lijian a d’ailleurs déclaré que la Chine prendrait des contre-mesures si les Etats-Unis tentaient de nuire à la sécurité nationale de la Chine. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent