Donald Trump s'attaque à Theresa May après les fuites diplomatiques pointant son incompétence

International

POLITIQUE - Le président américain Donald Trump s'en est pris, lundi, avec une extrême virulence à la Première ministre britannique sortante Theresa May.

A Londres, le gouvernement recherchait le ou les responsables. Qui a permis la publication de rapports confidentiels dans le Mail on Sunday ? Des données d'autant plus embarrassantes que, Kim Darroch, ambassadeur britannique à Washington, y qualifiait le locataire de la Maison Blanche d'"instable" et d'"incompétent".

Les câbles rédigés par le diplomate, dont certains remontent à 2017, n'étaient pas destinés à être révélés au public. Un enquête a été ouverte pour trouver l'origine de ces fuites mais aussi quelle est la motivation d'une telle publication, à deux semaines de la désignation d'un nouveau chef de gouvernement au Royaume-Uni. 

Lire aussi

Theresa May a condamné des fuites "totalement inacceptables" mais souligné, via son porte-parole, avoir "une totale confiance" en Kim Darroch sans partager toutefois l'image de l'administration américaine dépeinte dans les câbles diplomatiques. "Nous devons découvrir comment cela a pu se produire, au moins pour redonner confiance à nos équipes à travers le monde afin qu'elles continuent à nous donner des évaluations sincères", a déclaré le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt.

Responsable de la "pagaille" actuelle

Visiblement furieux de ce soutien, le milliardaire républicain a pris la Première ministre britannique sortante pour cible. Il s'est ouvertement réjoui, de façon fort peu diplomatique, de son prochain départ. "Je suis très critique de la façon dont le Royaume-Uni et la Première ministre Theresa May ont géré le Brexit", a-t-il tweeté, la désignant comme responsable de la "pagaille" actuelle. "Je lui ai dit comment il fallait procéder mais elle a décidé de faire différemment", a-t-il ajouté, avant de s'en prendre dans la foulée à Kim Darroch. "Je ne connais pas l'ambassadeur, mais il n'est ni aimé ni bien vu aux Etats-Unis. Nous n'aurons plus de contacts avec lui".

La réponse de Downing Street n'a pas tardé. "Sir Kim Darroch a toujours le plein soutien de la Première ministre", a assuré un porte-parole.

Vers un accord commercial ?

Pour l'europhobe et populiste Nigel Farage, à la tête du Parti du Brexit, "le plus tôt" Kim Darroch sera parti, "le mieux ce sera". Si Jeremy Hunt a apporté son soutien au diplomate britannique basé à Washington, il a souligné que ses opinions ne concernaient que lui. "L'ambassadeur faisait son travail d'ambassadeur, à savoir donner des rapports francs et des opinions personnelles sur ce qui se passe dans le pays où il travaille, pas les opinions du gouvernement britannique, pas les miennes."

"Nous continuons de penser que l'administration américaine sous le président Trump est à la fois très efficace et le meilleur ami possible du Royaume-Uni sur la scène internationale", a poursuivi Jeremy Hunt, qui fait campagne pour devenir le prochain Premier ministre britannique.

Après l'échec de Theresa May à mettre en oeuvre le Brexit, le Parti conservateur doit se choisir un nouveau dirigeant et chef de gouvernement, dont le nom sera connu le 23 juillet. Il lui incombera la mission du divorce avec l'Union européenne mais aussi l'instauration de futures relations commerciales.

Voir aussi

Et les yeux des deux candidats en lice, Boris Johnson et Jeremy Hunt, sont rivés sur les Etats-Unis. Le mois dernier, lors de sa visite d'Etat au Royaume-Uni, le président américain avait fait miroiter un accord commercial "extraordinaire" avec Londres après le Brexit.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter