Terri Schiavo, cette autre "affaire Vincent Lambert" qui avait divisé l'Amérique

International
FIN DE VIE - "L'affaire Vincent Lambert" rappelle douloureusement un cas similaire qui au début des années 2000 avait divisé l'Amérique : Terri Schiavo, une femme restée 15 ans en état végétatif. Comme pour Vincent Lambert, sa famille s'était déchirée devant toutes les instances juridiques du pays.

Dans la presse américaine, Vincent Lambert porte un surnom : "The french Terri Schiavo". L'interminable et douloureuse affaire du trétraplégique français en rappelle en effet une autre :  celle d'une femme dont le maintien en vie a déchiré une famille au début des années 2000 en Floride. 


Terri Schiavo , une Américaine de 41 ans, fut plongée dans un coma végétatif durant quinze ans, maintenue en vie par un tuyau d'alimentation. Elle était devenue le symbole d'une lutte passionnée entre les partisans de l'euthanasie et les militants "pro-vie", au début des années 2000.

En 1990, Terri Schiavo a 26 ans, lorsqu'elle sombre dans le coma, victime d'un accident vasculaire. Son mari, Michael estimait que son épouse ne sortirait pas de l'état végétatif dans lequel elle était plongée et qu'elle lui avait confié ne pas vouloir être maintenue artificiellement en vie. Un avis à l'opposé de celui des parents de Terri Schiavo, Bob et Mary Schindler : pour eux, leur fille devait être maintenue en vie car son état pouvait s'améliorer. 

De recours en décisions, la vie de Terri Schiavo suspendue à un avis de la Cour Suprême

Huit ans après l'accident, son mari demande une première fois, qu'on cesse de la nourrir. Les tribunaux de Floride, habilités à statuer dans ce cas précis, ont toujours donné raison au mari de Terri Schiavo. Ses parents quant à eux, ont bataillé durant des années pour faire annuler ces décisions de "cesser d'alimenter" la jeune femme via une sonde. A deux reprises, en 2001 et 2003, les tubes d'alimentation de Terri sont débranchés, avant d'être reconnectés à son corps. 


La première fois, un tribunal de Floride donne raison à Michael Schiavo et ordonne qu'on retire le tube le 24 avril de cette même année. Deux jours plus tard, un autre juge ordonne que la jeune femme soit réalimentée , le temps qu'une procédure annexe soit statuée. L'année suivante, Michael Schiavo renouvelle sa demande affirmant respecter les souhaits de son épouse et un juge statue en faveur de ce dernier. Il donne une nouvelle date : ce sera le 3 janvier 2003. A nouveau, les parents de la jeune femme font appel, suspendant ainsi la procédure. 

Une loi jugée "inconstitutionnelle"

En 2003, une cour d'appel confirme la décision du premier juge demandant la fin de l'alimentation artificielle. Le 15 octobre, la jeune femme n'est plus alimentée. Six jours plus tard, Jeb Bush, frère de George Bush, alors président des USA et gouverneur de Floride promulgue une loi qui permet réalimenter Terri. Cette loi est, moins d'un an plus tard, jugée comme "inconstitutionnelle" par la Cour Suprême. 

En vidéo

Vincent Lambert : le médecin Louis Puybasset évoque l'affaire Terri Schiavo

En 2005, le 25 février précisément, un juge de Floride estime que le cathéter d'alimentation doit être débranché, le mois suivant. Ce qui sera fait, le 18 mars. Mais deux jours plus tard, dans un ultime coup politique, le Congrès adopte une loi permettant à la famille Schindler de porter l'affaire devant une cour fédérale. Du 18 au 31 mars 2005, date de la mort de Terri Schiavo, ses parents multiplient les recours devant différentes cours : suprême, d'appel et fédérale. Le 30 mars, la Cour Suprême rejette l'ultime recours des parents de Terri Schiavo avant son décès. La jeune femme s'éteint le 31 mars 2005.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Vincent Lambert : un interminable déchirement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter