Terrorisme : menace élevée et vigilance extrême dans le monde pour les fêtes de Noël

Terrorisme : menace élevée et vigilance extrême dans le monde pour les fêtes de Noël
International

Toute L'info sur

Attentat du marché de Noël de Berlin

SOUS HAUTE TENSION – En l’espace de 48 heures, l’Indonésie, l’Allemagne et l’Australie ont annoncé avoir récemment déjoué des attentats sur leur sol. Une preuve supplémentaire de la menace terroriste pesant sur les fêtes de fin d’année, mais aussi de la vigilance extrême des autorités.

Fin d’année sous haute tension partout dans le monde. En l’espace de deux jours, entre mercredi et vendredi, pas moins de trois pays, l’Indonésie, l’Allemagne et l’Australie, ont annoncé avoir déjoué des projets d’attentats sur leur sol. Des projets criminels qui, d’après les autorités, étaient pour l’essentiel programmés pour le réveillon et le jour de Noël. 

Quelques jours plus tôt déjà, avant l’attaque au camion-bélier perpétrée lundi à Berlin dans laquelle 12 personnes ont perdu la vie, le Royaume-Uni et la Belgique avaient eux aussi fait part de la mise en échec de cellules djihadistes liées à Daech. Là encore, les fêtes étaient visées. Preuve supplémentaire de la menace terroriste pesant sur cette période de célébrations, ces complots macabres enrayés montrent aussi que les forces de l’ordre et les services de renseignement sont sur les dents. Partout dans le monde, par peur d’un nouveau drame, la vigilance est extrême, maximale. 

Lire aussi

Lieux de cultes, marchés, commerces… Les sites sensibles particulièrement surveillés

Une vigilance qui, depuis lundi soir, se traduit par une hausse massive des mesures de sécurité autour des sites dits sensibles. Marchés de Noël, réseaux de transport, centres commerciaux, lieux de culte et autres places de grands rassemblements : autant d’emplacements à risque où la surveillance a été augmentée. En France par exemple, quelque 91.000 policiers, gendarmes et militaires seront ainsi mobilisés pour les 24 et 25 décembre, selon le ministre de l’Intérieur. "La menace est forte, notre réponse n'a jamais été aussi forte", souligne Bruno Le Roux. 

Procéder immédiatement à une réévaluation des risques sur l'ensemble des sites de grande fréquentation- Bruno Le Roux à propos du renforcement de la sécurité pour les fêtes

Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs demandé aux préfets de "renforcer sans délai les contrôles à la frontière franco-allemande". Mais aussi de "procéder immédiatement à une réévaluation des risques sur l'ensemble des sites de grande fréquentation à l'occasion des fêtes de fin d'année afin d'adapter les dispositifs" déjà mis en place. Instruction leur est également donnée de "prendre toute mesure utile pour renforcer la sécurisation des marchés de Noël."

Une vigilance également visible dans le reste de l’Europe, où les forces de sécurité sont plus que jamais sur le qui-vive. L’Autriche, la Pologne ou encore le Danemark ont notamment procédé eux aussi à un vaste renforcement de leurs dispositifs de sûreté. 

Voir aussi

Une crainte et une vigilance aussi perceptibles dans le monde musulman

Mais le Vieux continent n’est pas seul à se montrer aux aguets. Suite aux opérations antiterroristes menées mercredi, au cours desquelles trois djihadistes présumés membres d’un réseau ayant prêté allégeance à Daech ont été tués et quatre autres arrêtés, l’Indonésie – pays musulman le plus peuplé au monde – a annoncé le déploiement de 155.000 policiers et militaires pour les fêtes de fin d’année. Des effectifs qui seront là aussi chargés de surveiller en priorité les églises, les lieux de divertissement et les rassemblements publics. Selon les forces de l’ordre, la cellule neutralisée prévoyait de commettre des attentats-suicides à Noël. 

Bien que ravagée par la guerre depuis près de six ans, la Syrie n’échappe pas elle non plus à l’accroissement de prudence. Rues quasi-désertes, caméras de surveillance autour des églises, rassemblements interdits… Dans les secteurs chrétiens de la ville de Qamichli, cité hantée par les attentats incessants des djihadistes, les habitants n’ont pas l’esprit tourné vers la fête mais plutôt vers la survie. Il faut dire que le 31 décembre dernier, trois attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), dont deux à Wousta, le principal quartier chrétien, avaient fait 16 morts et 30 blessés.

"Les attentats survenus lors du réveillon du Nouvel an l'année dernière ont eu un effet négatif sur notre gagne-pain. Les gens ont maintenant peur de sortir dans les restaurants", dit le propriétaire d’un restaurant de la commune. "On ne voit plus de monde cette année (…) Le cœur n’y est pas."

En vidéo

Pour les fêtes de Noël, la sécurité des églises largement renforcée

En vidéo

Les centres commerciaux sous étroite surveillance à l’approche des fêtes

Voir aussi

Voir aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent