Texas : après les fouets des gardes-frontières, un "mur d’acier" pour repousser les migrants

Texas : après les fouets des gardes-frontières, un "mur d’acier" pour repousser les migrants

SANS PAPIERS - L'image est saisissante : pour repousser des migrants haïtiens qui tentent d'entrer aux États-Unis par la frontière mexicaine, le gouverneur du Texas a mobilisé des centaines de voitures de police afin de construire une barrière infranchissable.

Il l'appelle fièrement "la barrière d'acier". C'est la dernière idée du gouverneur ultraconservateur du Texas, Greg Abbott, pour empêcher des migrants haïtiens d'entrer sur le sol américain. Des centaines de voitures de police ont été alignées sur des kilomètres le long du Rio Grande. "D'un seul coup, plus personne ne traverse la frontière à cet endroit. Cette stratégie est donc payante", se félicite-t-il. 

Toute l'info sur

Le 20h

Depuis des semaines, des milliers d'Haïtiens tentent de venir chercher l'asile aux États-Unis après un interminable périple. Beaucoup ont fait le voyage depuis des pays d'Amérique du Sud où ils s'étaient installés après le terrible tremblement de terre de 2010 qui a mis à terre l'un des pays les plus pauvres de la planète. "Je me sens libre maintenant, je suis contente. Je suis vraiment heureuse d'être dans ce pays", se réjouit une jeune femme qui a réussi à passer la frontière.

Une gestion inhumaine

Mais depuis quelques jours, la situation humanitaire devient catastrophique. Et le gouvernement américain peine à gérer un afflux soudain et massif de milliers de migrants, dont de nombreux Haïtiens, qui se massent sous un pont dans la petite ville frontalière de Del Rio, au Texas. Avec à la clé des images terribles - à voir dans la vidéo en tête de cet article - qui ont choqué le pays : des gardes-frontières à cheval, certains utilisant leurs rênes comme fouets pour repousser les migrants. 

Ces images "ne reflètent pas ce que nous sommes en tant que pays, ni ce qu'est la police aux frontières américaine", a assuré le ministre américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, devant la Chambre des représentants. Il a rappelé avoir ordonné l'ouverture d'une enquête et promis des résultats rapides,"d’ici à quelques jours et non des semaines". Tandis que cette pratique vient d'être interdite par la Maison Blanche.

Lire aussi

Face à la fronde provoquée par ces clichés, qui ont fait le tour du monde, Joe Biden concentre toutes les critiques. L'opposition républicaine l'accuse d'avoir provoqué cette vague migratoire en assouplissant les règles mises en place par son prédécesseur Donald Trump. Et son propre camp démocrate lui reproche la gestion inhumaine du dossier, lui qui a réclamé l'expulsion, vers leur pays, de tous les Haïtiens entrés illégalement sur le sol américain.

"Ces images vous donnent la nausée", a déclaré le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. De son côté, la vice-présidente, Kamala Harris, les a jugées "horribles", estimant que "des êtres humains ne devraient jamais être traités d'une telle façon".

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.