Texas : nouvelle explosion suspecte au colis piégé à Austin, deux blessés

Texas : nouvelle explosion suspecte au colis piégé à Austin, deux blessés

International
DirectLCI
USA - Les enquêteurs "travaillent avec la conviction que" cette nouvelle explosion est liée aux trois précédentes qui ont tué deux Afro-Américains et grièvement blessé une femme de la communauté hispanique à dix jours d'intervalle.

Transportés à l'hôpital, ils n'ont été que légèrement touchés. Deux hommes d'une vingtaine d'années ont été blessés, dimanche, dans une nouvelle explosion à Austin. Les autorités sont intervenues vers 20h30 dans le sud-ouest de la capitale du Texas, aux Etats-Unis, qui a été le théâtre de trois colis piégés depuis le début du mois. Mais la police et le FBI, sur place dans la soirée, n'était pour le moment pas en mesure de dire si les faits de dimanche étaient liés à cette série d'explosions.

Mais "nous travaillons avec la conviction" que tout est lié, a indiqué le chef de la police d'Austin Brian Manley lors d'un point presse réalisé dans la nuit. "Ce que nous savons, c'est qu'une explosion a eu lieu. Nous pensons que c'est une bombe", a-t-il déclaré, précisant que les procédés n'étaient pas les mêmes. Les trois précédentes explosions, qui ont tué deux Afro-Américains et grièvement blessé une femme de la communauté hispanique toujours entre la vie et la mort, "étaient des paquets laissés à la porte des maisons". Dans le cas de l'explosion de dimanche, "il s'agissait de paquet suspect laissé sur le bord de la route". 

"Certains médias rapportent que l'explosion a été déclenchée par un fil de détente et nous sommes ici pour dire que c'est une possibilité", a-t-il poursuivi. "Il est possible que ce dispositif ait été déclenché par quelqu'un qui aurait mis un coup dans ce fil.

La communauté doit maintenant être d'autant plus vigilante. N'approchez pas les paquets, sacs à dos, colis, sacs", a-t-il ajouté.


Les transports scolaires dans le quartier concernés sont annulés ce lundi matin, les habitants sont également invités à rester chez eux "jusqu'à 10h" pour laisser la police travailler et étudier la scène. "Si vous avez une urgence, appelez la police pour que l'on puisse vous escorter en toute sécurité", a encore précisé le chef de la police. De nouveaux détails seront rendus publics au fur et à mesure des investigations.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter