VIDÉO - Thaïlande : arrestation d'une femme pour diffamation royale

DirectLCI
LESE-MAJESTE - Une femme a été arrêtée dimanche 16 octobre sur l'île de Koh Samui en Thaïlande pour avoir diffamé la famille royale sur Facebook. Elle a dû présenter des excuses publiques et s’agenouiller devant un portrait du monarque.

On ne rigole pas avec la royauté en Thaïlande. Une femme de 43 ans, Umaporn Sarasa, a été mise en examen dimanche 16 octobre pour insulte à la famille royale sur les réseaux sociaux. "Une plainte a été déposée vendredi 14 octobre contre une utilisatrice de Facebook", a expliqué Thewes Pleumsud, de la police de Bo Pub sur l'île de Samui. "Nous l'avons retrouvée. Elle se cachait chez une amie. 


"Une fois au poste de police, nous l'avons forcée à présenter des excuses en public face au portrait du roi", a-t-il ajouté. Il a précisé que le message en question ne concernait pas le "défunt roi mais l'héritier et le régent".


Plusieurs vidéos de cette scène d’humiliation, très partagées sur les réseaux sociaux, permettent d’apercevoir un cordon de policiers disposé autour du commissariat pour canaliser la foule en colère. Certains manifestants sont même allés jusqu’à brandir des portraits de Bhumibol Adulyadej, le roi mort jeudi 13 octobre. Les images montrent ensuite la femme sortir du poste de police, escortée par deux agents, puis contrainte à s’agenouiller et à prier devant le portrait du roi. 

La couleur du moment : le noir

Il faut dire que le roi Bhumibol Adulyadej était considéré par beaucoup comme un demi-dieu. Alors, depuis sa mort, jeudi 13 octobre, un an de deuil national a été décrété. Tous les fonctionnaires ont, par ailleurs, reçu l'ordre de renoncer aux vêtements colorés pour une année et de nombreuses entreprises privées ont demandé à leurs employés d'être habillés de noir pendant au moins un mois. 


Les journaux et les sites internet ont également fait disparaître les couleurs. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes s'en prenaient très violemment à ceux qui n'avaient pas opté pour le noir, allant jusqu'à publier des photos pour que les "coupables" puissent être identifiés.

La Thaïlande possède l'une des lois de lèse-majesté les plus sévères au monde

Car, la Thaïlande possède l'une des lois de lèse-majesté les plus sévères au monde. Connue sous le nom d'"article 112", ce texte prévoit de trois à quinze ans de prison pour quiconque diffame le roi, la reine, son héritier ou le régent. Un internaute est, ainsi, détenu depuis début décembre 2015, dans l'attente de son procès, pour s’être moqué sur Facebook non pas du roi…mais de son chien.


D'après le dernier rapport de l'ONG de défense des droits de l'Homme iLaw, 66 personnes ont été poursuivies pour lèse-majesté depuis mai 2014 et 53 sont incarcérées. Les rares médias, y compris internationaux, évoquant ces affaires 

s'autocensurent, de crainte de tomber aussi sous le coup de la loi : les accusations, les arrestations et les condamnations peuvent être racontées mais faire état des détails des accusations peut être considéré comme une violation de la loi.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter