Tianjin : après le drame, l'explosion de la censure

International
CHUT – Plus de 48 heures après les explosions de Tianjin (Chine), qui ont fait 50 morts et 700 blessés, les internautes chinois veulent en savoir plus sur d'éventuels rejets toxiques... et se heurtent à la censure.

Après l'émotion, les questions. Alors que le bilan humain ne cesse de s'alourdir à la suite d'une série d'énormes explosions dans la ville de Tianjin, en Chine, portant le nombre de victimes à 50 morts et 700 blessés , on s'inquiète sur le Web d'éventuels rejets de composants toxiques.

Mais, pour étudier la question, encore faudrait-il connaître les causes exactes de l'accident. Selon le journal Les Nouvelles de Pékin, l'entrepôt où ont eu lieu les déflagrations contenait des tonnes de produits chimiques. Une information non accréditée par les responsables de la ville, qui ont donné vendredi une conférence de presse pour assurer qu'ils ignoraient tout de ces substances dangereuses.

Article disparu et commentaires supprimés

Depuis, parmi les internautes chinois, l'indignation et la colère grondent, d'autant que l'article des Nouvelles de Pékin a mystérieusement disparu vendredi. "A quoi bon faire une conférence de presse si vous ne savez même pas que des stocks de substances dangereuses doivent être entreposés loin des lieux d'habitation ?", s'insurge un internaute sur Weibo, la principale plateforme de microblogging de Chine. Un autre message dénonce la censure généralisée : "Pourquoi la diffusion en direct de la conférence de presse s'est-elle interrompue brusquement quand une journaliste a demandé pourquoi 700 tonnes de produits hautement toxiques et inflammables étaient stockées en centre-ville ?"

Face au flot de critiques, les ciseaux de la censure s'activent tous azimuts, selon Weiboscope , un logiciel des chercheurs de l'université de Hong Kong recensant les messages de réseaux sociaux supprimés en Chine. Un pic de suppression de commentaires sur Internet peut ainsi être observé à partir du mercredi 12 août, date de l'explosion à Tianjin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter