Tir de missiles balistiques par la Corée du Nord : 5 questions pour tout comprendre

Kim Jong-Un célébrant avec des officiels nord-coréens
International

DÉCRYPTAGE - La Corée du Nord a tiré trois missiles balistiques au large de sa côte est, ce lundi. Un nouveau pas vers la mise au point d'armements capables de frapper le territoire américain.

Que s’est-il passé ?

Trois missiles balistiques ont été lancés par la Corée du Nord ce lundi, vers  5 heures du matin, heure française, selon Séoul. On ne sait pas encore de quel type d'engins il s'agit. Les tirs sont en cours d'analyse. Cela porte à une vingtaine le nombre de missiles tirés depuis le début de l'année par Pyongyang, auxquels s'ajoutent un quatrième essai nucléaire et un tir de fusée.

Ces tirs violent plusieurs résolutions des Nations unies qui craignent une capacité de frappes sur le territoire américain. La Corée du Nord a diffusé des vidéos désignant les Etats-Unis comme cible privilégiée.

Une menace crédible ?

Le 24 août,  un missile lancé depuis un sous-marin avait parcouru un demi-millier de kilomètres en direction du Japon, ce qui constituait pour les experts une nette avancée dans les programmes balistiques nord-coréens. Mais si Pyongyang progresse effectivement plus rapidement que prévu, le développement d'une véritable capacité SLBM (submarine-launched ballistic missile) devrait lui prendre encore plusieurs années.

"Le rythme et la méthode des essais SLBM du Nord pourraient suggérer le déploiement possible d'une capacité opérationnelle vers la seconde moitié de 2018, au plus tôt", a estimé l'institut americano-coréen de l'université John Hopkins à Washington.

Lire aussi

    Pourquoi les sanctions sont-elles inefficaces ?

    La marge de manœuvre dont dispose la communauté internationale pour sanctionner Pyongyang est faible : le pays est en effet déjà déjà frappée de lourdes sanctions à la suite de ses tirs balistiques et de trois essais nucléaires, menés en octobre 2006, mai 2009 et février 2013. Et cela ne l’a pas empêché de procéder à son nouveau tirs. Néanmoins le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté en mars dernier les sanctions économiques et commerciales les plus sévères jamais imposées à Pyongyang. Les pourparlers ont eu du mal à aboutir en raison notamment des réticences chinoises et russes, pour qui le dialogue est plus productif.

    Qu’en pense la Chine ?

    La Chine est le principal allié d'importance et le principal partenaire commercial de la Corée du Nord. Mais les relations bilatérales se sont tendues ces dernières années en raison du programme nucléaire nord-coréen. Ces essais à répétition gênent en effet le géant chinois, car celui-ci préfèrerait éviter que Washington ne vienne se mêler d’un dossier dans sa propre région. En outre, cet entêtement du régime de Pyongyang entraîne à chaque fois de nouvelles sanctions qui viennent un peu plus alourdir la crise humanitaire qui frappe les citoyens nord-coréens. Lesquels traversent par milliers les 1400 km de frontières entre les deux pays, entraînant ainsi une série de meurtres de paysans chinois, tous volés par des soldats en fuite.

    Depuis combien de temps le régime a-t-il débuté sa course à l’armement ?

    Dès la fin des années 1970, Pyongyang commence à travailler sur une version du missile soviétique Scud-B, d’une portée de 300 km. Plusieurs essais suivront jusqu’au début des années 1990, augmentant progressivement la portée de ces missiles : le Taepodong-1, atteignant 2500 km, est lancé en 1998 au dessus du Japon. C’est un échec, mais la communauté internationale prend la menace au sérieux. En 1999, un moratoire est décidé... avant d’être abandonné en 2005, le Corée du Nord arguant d’une politique "hostile" de la part de l’administration Bush. Le 9 oct 2006, le pays réalise son premier essai nucléaire souterrain. Le début d’une longue série, conduisant au 6 janvier 2016 : ce jour là, le quatrième essai nucléaire souterrain est effectué. La Corée du Nord affirme avoir testé une bombe à hydrogène, ce qui est largement mis en doute par les spécialistes.

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter