Tir de missiles nord-coréens : la Chine intervient à la fois contre Pyongyang et Washington

Tir de missiles nord-coréens : la Chine intervient à la fois contre Pyongyang et Washington

TENSIONS - Face à la crise diplomatique qui touche la péninsule, la Chine a mis en garde la Corée du Nord et les Etats-Unis ce mercredi. Pékin demande à l'un la suspension de son programme nucléaire et à l'autre l'arrêt des manœuvres militaires en Corée du Sud. Le Conseil de sécurité a par ailleurs condamné à l'unanimité les tirs de missiles de la Corée du Nord.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a appelé ce mercredi la Corée du Nord à suspendre son programme nucléaire mais aussi les Etats-Unis à stopper leurs manœuvres militaires en Corée du Sud, afin de "désamorcer la crise" dans la péninsule.

Usant d'une métaphore ferroviaire, lors d'une conférence de presse à Pékin, Wang Yi a mis en garde contre "une collision" en Corée entre "deux trains qui accélèrent l'un en face de l'autre sans qu'aucun des deux ne veuille céder le passage". 

"Afin de désamorcer la crise qui se prépare dans la péninsule (coréenne), la Chine propose que, dans un premier temps, (la Corée du Nord) suspende ses programmes nucléaire et balistique, en échange de l'arrêt des manœuvres militaires à grande échelle des Etats-Unis et de la Corée du Sud", entamées la semaine dernière, a déclaré le ministre chinois. 

Une condamnation unanime du conseil de sécurité

Alors qu'une réunion en urgence est prévue ce 8 mars, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné avec force mardi soir les derniers tirs de missiles nord-coréens, jugés comme une "grave violation" des résolutions de l'ONU et a exprimé son inquiétude face au "comportement de plus en plus déstabilisateur" de Pyongyang. Le Conseil de sécurité promet de "prendre d'autres mesures significatives" pour sanctionner le régime de Kim Jong-Un. 

Le texte, rédigé par les Etats-Unis, a été approuvé à l'unanimité par les quinze pays membres du Conseil, et ce, malgré les tensions entre la Chine et les Etats-Unis. 

Lire aussi

L'escalade après les tirs de Pyongyang

Les quinze pays du Conseil se réuniront mercredi dans la matinée à New-York, à la demande des Etats-Unis et du Japon, pour discuter du lancement lundi des quatre missiles balistiques qui faisaient partie, selon Pyongyang, d'un exercice en vue de frapper les bases américaines au Japon. Trois de ces missiles sont tombés dans la mer, près du Japon. Les Etats-Unis avaient immédiatement annoncé le déploiement du bouclier anti-missiles en Corée du Sud, afin de protéger leur allié, Séoul. 

Un déploiement fermement condamné par la Chine qui y a vu une atteinte à sa propre sécurité. Pékin avait indiqué qu'il défendrait "résolument" sa sécurité, prévenant que "les Etats-Unis et la Corée du Sud en subiraient toutes les conséquences". 

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Lire et commenter