Tout savoir sur Daech : ces enfants enrôlés par le groupe djihadiste pour commettre les pires atrocités

Tout savoir sur Daech : ces enfants enrôlés par le groupe djihadiste pour commettre les pires atrocités
International

ZOOM – La propagande de Daech met de plus en plus l'accent sur les enfants soldats qui combattent dans ses rangs. Le groupe djihadiste n'hésite plus à les mettre en scène dans ses vidéos d'exécution d'otages, franchissant un nouveau pas dans l'horreur.

"On va vous tuer !" Le groupe Etat islamique a mis en ligne samedi une vidéo où deux enfants Français sont mis en scène. Particulièrement rude, la séquence de fin où les deux jeunes bourreaux procèdent à l'exécution de prisonniers syriens n'est cependant pas nouvelle : Daech a régulièrement recours aux plus jeunes pour alimenter sa propagande, comme en témoigne cet article publié en décembre dernier.

C'est l'un des nouveaux axes de la propagande de Daech. Ce jeudi encore, le groupe djihadiste a diffusé une vidéo montrant six enfants exécuter des otages, membres des forces de sécurités syriennes. Au vu des images, les bourreaux n'ont qu'une dizaine d'années. La vidéo, intitulée "Aux enfants des juifs", est largement mise en scène. Elle mêle séance de lecture de textes religieux et scènes d'entrainement au combat, jusqu'à ce que le groupe de six garçons exécute les otages après être allés les chercher dans les ruines d'une forteresse, comme dans une sorte de jeu macabre.

Cette insoutenable vidéo n'est malheureusement pas la première de ce type que l’organisation terroriste diffuse. L'exploitation des plus jeunes dans la propagande de Daech est déjà ancienne, mais le groupe semble mettre particulièrement l'accent sur cet axe de communication ces derniers mois. Ainsi, il avait déjà franchi un cran dans l'horreur en diffusant, le 18 juillet dernier, la première vidéo d'exécution par décapitation effectuée par un enfant.

"Dans l'Islam, les enfants n'ont pas le droit de combattre"

"Cela va complétement à l'encontre de toute la jurisprudence islamique. Les enfants n'ont pas le droit de combattre, ils ont un statut très protégé dans l'Islam", commente pour metronews le Docteur en sciences politiques Abdelasiem El Difraoui, auteur d’"Al-Qaeda par l’image, la prophétie du martyre", et de "Carnets égyptiens" (éditions PUF). "Ils utilisent les enfants comme armes de guerre asymétriques pour nous terroriser. Le message qui est envoyé, c'est qu'il y a une fabrique du djihad et que des générations vont combattre dans l'avenir", poursuit l'expert.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le groupe djihadiste a recruté plus de 1100 enfants depuis le début de l'année. Plus de 50 auraient été tués. Il est toutefois très difficile de connaître le nombre d’enfants enrôlés pour combattre au sein de l'organisation terroriste. Et Daech fait tout pour grossir ses rangs, à commencer par recruter des femmes pour procréer, comme l'a montré une enquête du Parisien publiée vendredi 4 décembre.

"Ne vous engagez pas au côté de Daech"

A l'instar des adultes, certains de ces enfants viennent de l'étranger. C'est le cas par exemple du frère du terroriste belge Abdelhamid Abaaoud, tué dans l'assaut lancé par les forces de l'ordre à Saint-Denis le 18 novembre dernier. Un temps surnommé "le plus jeune combattant de l’État islamique", il a été enlevé début 2014 par son aîné alors qu'il était âgé de 13 ans. Mais la plupart des enfants présents au sein de l'organisation djihadiste semblent être de jeunes Syriens, comme Khaled, dont le témoignage avait été recueilli par le site d'information Huffington Post en début d'année, après qu'il eut réussi à fuir Daech.

EN SAVOIR + >> Faut-il avoir "peur" de Younes, le petit frère d'Abdelhamid Abaaoud ?

Transformé par la guerre, l'ennui et le désespoir, explique le site, le jeune garçon rejoint le groupe djihadiste alors qu'il a 14 ans. Il raconte n'avoir aucune idée de ce qui l’attendait au moment où il s’est enrôlé. Celui dont le message est aujourd'hui "Ne vous engagez pas au côté de Daech" affirme notamment avoir été choqué par l’extrémisme de ce qu’on lui apprenait, et que ses leçons ne ressemblaient en rien à l’Islam qu’il connaissait, rapporte le site.

"En Syrie, c’est une armée de psychologues pour enfants qu’il faudrait"

Les enfants qui combattent aux côtés des djihadistes de Daech viennent grossir le nombre des enfants soldats à travers le monde, présents au Moyen-Orient, en Afrique mais aussi en Amérique du Sud et en Asie. "C’est sans doute au Moyen-Orient qu’on en trouve le plus, notamment en Syrie, dans les troupes de l’opposition syrienne : Etat islamique (EI), le front Jabhat al-Nosra, et dans une moindre mesure, l’Armée syrienne libre (ASL)", expliquait néanmoins en mars, Fred Abrahams, en charge de la situation des enfants au Moyen-Orient pour Human Rights Watch à Berlin, sur le site d' Arte .

A LIRE AUSSI >> Les Etats-Unis sont-ils une cible pour Daech ?

Cette problématique, qui prend de l'ampleur, est un véritable défi pour le monde, notamment en ce qui concerne la prise en charge de ces enfants traumatisés par les horreurs qu'ils ont vécues, comme le rappelle Fred Abrahams. "En Syrie, nous sommes toujours très loin d’une perspective de paix. Et c’est une armée de psychologues pour enfants qu’il faudrait ! En effet, même si vous ramenez un enfant soldat à la vie civile, le mal est fait. Les dégâts sont là, irréversibles."

A LIRE AUSSI >>  Tout savoir sur Daech : notre série consacrée à l'Etat islamique


 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent