Tout savoir sur Daech : les symboles utilisés par l'organisation djihadiste

Tout savoir sur Daech : les symboles utilisés par l'organisation djihadiste

DirectLCI
FOCUS - Depuis sa création, l'Etat islamique a basé son expansion en partie sur sa force de frappe en termes de communication. Sur ce plan, les symboles véhiculés par le groupe djihadiste ont une place prépondérante. Décryptage.

Parmi les outils de base de la communication de l'Etat Islamique (EI), on trouve les différents symboles utilisés par le groupe djihadiste pour se démarquer. Drapeau, geste, slogan, pour les membres de l'organisation et leurs sympathisants, ce sont autant de signes de ralliement que metronews a décryptés.

 Le drapeau noir
Il est présent dans la plupart des vidéos de propagande de l'EI. Le drapeau noir, flanqué du sceau du prophète, qu'a adopté le groupe djihadiste serait apparu début 2007 en Irak, avec sa diffusion sur internet par al-Fajr (organe de propagande d'Al-Qaïda), au nom de l'"Etat islamique d'Irak". Contrairement à la bannière d'Al-Qaida, moins lisible, celle de l'EI apparaît plus reconnaissable. Egalement appelé "drapeau de l'aigle", cet étendard intègre sur sa partie supérieure le début de la shahada ("Il n'y a de dieu que Dieu"), premier pilier de l'Islam et profession de foi des musulmans, et décline ensuite le sceau du prophète, - ou prétendu tel - en forme de cercle, avec ces trois mots : Allah (Dieu), Rasoul (prophète), Mohammed. Si l'origine précise de ses symboles reste à définir, elle puise dans l'histoire de l'islam médiéval des références au combat et au djihad. Plus largement, le fond noir renvoie, notamment dans l'imaginaire occidental, aux mouvances nihilistes (anarchistes) et fascistes (factions nazies ou mussoliniennes…)

La gestuelle
Très présentes également dans la propagande de l'EI, les images montrant des djihadistes avec un index pointé vers le ciel. Loin d'être une création du groupe terroriste, ce geste est une tradition dans la culture musulmane. Il symbolise l'unicité d'Allah (Dieu). Dans un article de  Libération  d'août 2014, Romain Caillet, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rapporte qu'"on peut retrouver des utilisations de ce geste dans un sens militant à la première intifada de 1987. Des combattants du Hamas n’hésitaient pas à faire face aux soldats israéliens, index droit vers le ciel, et pierre dans l’autre main. Depuis, on retrouve ce geste dans tous les conflits à connotation islamique."

► Le slogan
Répandu également, le terme "baqiya" revient régulièrement dans la propagande djihadiste de l'EI. L'usage récurrent de ce mot - qui signifie littéralement "rester"-, s'attelle à promouvoir l'ancrage, la permanence du groupe et peut être interprété comme "Daech est installé quoi qu'il advienne". Aujourd’hui, ce terme semble s'être imposé comme une sorte de devise de l’organisation terroriste.

A LIRE AUSSI 
>>  Tout savoir sur Daech : notre série consacrée à l'Etat islamique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter