Tout savoir sur Daech : zoom sur les Français qui rejoignent la Syrie

Tout savoir sur Daech : zoom sur les Français qui rejoignent la Syrie

DirectLCI
FOCUS - Depuis la proclamation du califat islamique en juin 2014, la France constitue le plus gros vivier de djihadistes en Europe pour Daech. Mais seule une poignée parvient à accéder au sommet de la hiérarchie.

"Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen, en particulier les méchants et sales Français, (...) alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière". La glaçante consigne édictée par Daech en septembre 2014 trouve un écho particulier ces jours-ci, après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts. Des attentats orchestrés par des djihadistes Français, eux qui sont venus grossir massivement les rangs du groupe terroristes ces derniers mois.

 Combien sont-ils ?
Mi-novembre, on compte, dans le détail, 571 Français "actuellement identifiés dans les groupes terroristes en Syrie ou en Irak", dont 197 femmes. Quelque 85 mineurs font partie des ces Français sur place, dont 51 filles. Par ailleurs, 141 Français "sont présumés y avoir trouvé la mort", selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. 245 autres personnes sont revenues sur le territoire français.

 Qui sont-ils ?
Difficile d'établir un profil-type, tant les cas recensés sont multiples : jeunes, femmes, délinquants ou pas, issus de milieux divers... Évoquant une "population d’environ 2.000 individus, dont le nombre va croissant", Bernard Cazeneuve a rappelé le 12 novembre dernier que "16% des djihadistes français ont moins de 18 ans" et que parmi eux, "on compte aussi un quart de femmes".

 Des Français ont-ils intégré le commandement de Daech ?
Si les Irakiens demeurent à la tête des opérations de Daech entre la Syrie et l’Irak, on retrouve néanmoins une dizaine de Français occupant des fonctions stratégiques. Notamment "trois émirs militaires et deux responsables religieux", selon David Thomson , journaliste et auteur de l’ouvrage Les Français djihadistes.

A LIRE AUSSI >>  Daech : "Militairement, les djihadistes français sont moins aguerris"

 Des Français "stars" du djihad
Parmi les quelque 500 combattants tricolores, certains se sont plus "illustrés" que d’autres. Parmi eux : Maxime Hauchard, un jeune Normand de 23 ans devenus l'un des bourreaux les plus médiatisés du groupe, et présent depuis septembre sur la liste des terroristes les plus recherchés par les Etats-Unis. Les autorités américaines ont également ciblé la Française Emilie Konig, qui se serait rendue en 2012 en Syrie pour combattre aux côtés de l'EI. Elle aurait alors "ordonné à des individus d'attaquer des institutions gouvernementales françaises", indique Washington, sans donner plus de précisions. Troisième français de la liste, Peter Cherif est le combattant le plus ancien. Arrêté une première fois en Irak en 2004 alors qu'il combattait dans les rangs d'Al-Qaïda en Irak, il s'est ensuite évadé d'une prison irakienne en mars 2007 avant de rejoindre la Syrie, selon le Département d'Etat.

Installé en Syrie depuis le printemps 2013, Salim Benghalem est, lui aussi, inscrit sur la liste des terroristes recherchés par les Etat Unis. Ce Français de 35 ans, jugé à partir de ce mardi en son absence pour avoir participé à une filière d'acheminement de djihadistes en Syrie, est considéré comme l'un des bourreaux de l'organisation Etat islamique. Fabien, djihadiste français de 37 ans pilier de la mouvance toulousaine des frères Merah, a pour sa part enregistré le message audio revendiquant les attentats de Paris au nom de l'EI. Son frère Jean-Michel a été identifié comme le chanteur entendu dans l'enregistrement.

A LIRE AUSSI
>> 
Terrorisme : 3 djihadistes français, dont une femme, placés sur la liste noire de Washington
>> Tout savoir sur Daech : notre série consacrée à l'Etat islamique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter