Trois mois de McDo et 17 kilos... en moins

Trois mois de McDo et 17 kilos... en moins

DirectLCI
INSOLITE - Un Américain s'est nourri de McDonald's pendant trois mois et a réussi à perdre 17 kilos. Son secret ? Une discipline stricte.

Haro sur la malbouffe ? Non, sur les comportements alimentaires, nuance. C'est le combat de ce professeur de sciences américain, qui s'est livré à une expérience pour le moins indigeste. Pendant trois mois, il s'est nourri exclusivement à base de McDonald's. Et le résultat est étonnant : plutôt que de s'empâter, l'homme a perdu 17 kilos. De quoi rendre vert de jalousie Morgan Spurlock, cet autre Américain un peu fou et auteur du long-métrage Super Size Me, sorti en 2004, dans lequel il se nourrissait pendant un mois de McDo, à s'en rendre malade.

Le fast-food aurait-il des vertus amincissantes ? Pas si simple : John Cisna explique dans une interview accordée à la chaîne locale de l'Iowa KCCI , relayée par le site de l'Express , qu'il s'est imposé des règles drastiques pour survivre à ce cauchemar alimentaire et pour en tirer un bénéfice. Premièrement, il n'a jamais dépassé les 2000 calories par jour (chez l'homme, les besoins quotidiens varient entre 2100 et 3500 calories en fonction de l'âge, de la corpulence et de l'activité physique).

45 minutes de marche quotidienne

Ensuite, il pratiquait 45 minutes de marche quotidienne (selon une étude britannique publiée en décembre, il n'est toutefois pas nécessaire d'associer un régime à une pratique sportive pour perdre du poids). Enfin, son régime alimentaire se résumait à un burger à l'omelette (inutile d'en chercher en France, il est introuvable) et des flocons d'avoines au lait écrémé le matin, une salade au déjeuner et un burger "classique" le soir.

"Je peux manger ce que je veux chez McDonald's tant que je suis malin et que je compense le reste de la journée", a résumé John Cisna, qui affirme par ailleurs que son niveau de cholestérol a baissé. "Ce sont nos choix qui nous rendent gros, pas McDonald's", a-t-il ajouté. Quant au bon goût et à l'art de la table, le scientifique semble s'être assis dessus.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet