"Troisième guerre mondiale" : les mots sont lâchés en Ukraine

"Troisième guerre mondiale" : les mots sont lâchés en Ukraine

DirectLCI
EUROPE - Alors que la tension dans l'est de l'Ukraine ne retombe pas, Kiev a accusé vendredi Moscou de vouloir plonger le monde dans un nouveau conflit armé.

De heurts sur le terrain en hausses de ton, les jours se suivent et se ressemblent dans l'est de l'Ukraine. Ce vendredi néanmoins, un palier a été franchi dans le choix des mots utilisés par Kiev à l'égard de Moscou. "La Russie veut lancer une troisième guerre mondiale ", a ainsi lancé le Premier ministre Arseni Iatseniouk. Et d'ajouter, à propos du soutien russe aux rebelles dans l'est de son pays : "Le soutien de la Russie aux terroristes en Ukraine constitue un crime international, et nous appelons la communauté internationale à s'unir contre l'agression russe".

Nouvelles menaces de sanctions

Pendant ce temps-là dans le Sud-Est russophone, les incidents se multiplient. A Lougansk, où les séparatistes occupent les services de sécurité, des inconnus ont lancé des petits engins explosifs dans les locaux du parquet pendant la nuit, selon la police. Le ministre de l'Intérieur a également fait état de l'explosion d'une grenade lancée contre une barricade de partisans de Kiev à d'Odessa, qui a fait sept blessés dont un agent de la police de la route.

Du côté de la communauté internationale, les menaces de nouvelles sanctions se succèdent. Barack Obama, François Hollande, Angela Merkel, David Cameron et Matteo Renzi ont ainsi "évoqué" vendredi la possibilité de prendre de nouvelles sanctions contre Moscou, a indiqué l'Elysée. "Les Chefs d'Etat et de gouvernements ont appelé à une réaction rapide du G7", précise le communiqué à l'issue d'une conférence téléphonique entre les dirigeants. Qui appellent Moscou à cesser "déclarations provocatrices" et "intimidation". Mais jusqu'à présent, ces rodomontades n'ont pas semblé impressionner Vladimir Poutine .

Plus d'articles

Sur le même sujet