Trump a une (nouvelle) explication à la fusillade en Floride : les jeux vidéo !

VIOLENCE – Près de 10 jours après la fusillade au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, qui a fait 17 morts en Floride, Donald Trump évoque chaque jour une nouvelle piste pour éviter un prochain massacre ou trouver des responsables. Aujourd’hui, la violence dans le jeu vidéo…

Donald Trump continue de chercher des responsables à la tuerie du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland afin de ne pas aborder le débat sur la régulation des armes à feu. Après avoir traité de "lâche" un policier en charge de la protection des élèves qui n’est pas intervenu pour neutraliser le tireur, avoir eu la bonne idée d’armer les enseignants pour qu’ils puissent répliquer, le président des Etats-Unis est revenu avec une autre suggestion : ce serait de la faute des jeux vidéo.

"De plus en plus de gens trouve que le niveau de violence dans les jeux vidéo façonne vraiment la pensée des jeunes", a déclaré le président américain devant les législateurs lors d’une rencontre autour de la sécurité. "Nous devons garder sérieusement un œil sur internet car beaucoup de mauvaises choses se déroulent devant de jeunes enfants et de jeunes esprits. On trompe leur esprit."

Le cinéma en prend aussi pour son grade

Selon CNN qui rapporte les propos de la Maison Blanche, Trump aurait trouvé la solution : le contrôle des contenus. "Nous devons faire quelque chose pour gérer ce que (les enfants) voient et comment ils le voient", a-t-il expliqué. "Les films sont tellement violents. Et pourtant, un enfant peut voir un tel film s’il n’y a pas de sexe dedans", déplore-t-il, évoquant l’idée un système de classification… qui existe pourtant déjà. "Et cela concerne aussi les jeux vidéo."

La violence dans les films et les jeux vidéo seraient donc à l’origine des comportements violents de certaines personnes "instables" prêtes à commettre des massacres. Le milliardaire n’est pas le premier à incriminer le jeu vidéo et le cinéma. Robert Nardolillo III, élu de Rhode Island, a déjà proposé un projet de loi taxant les jeux vidéo classé "mature" (PEGI 16 et PEGI 18 chez nous). Matt Bevin, gouverneur du Kentucky, a, lui, évoqué la "culture de la mort célébrée" dans les jeux violents, certains programmes TV ou encore la musique, et a poussé les gens à s’interroger sur la valeur de cette violence culturelle pour la société. Alors simple businessman, le Trump de 2012 avait déjà appelé à cesser de glorifier la violence dans les jeux vidéo qui créait des "monstres".


Pas sûr que ces propos sonnent à l’oreille du mouvement lycéen et étudiant qui s’est formé après la tuerie et qui appelle à plus de régulation des armes. Donald Trump continue, lui, d’éviter de ramener chaque fusillade à la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes qui a soumis l’idée d’armer plutôt les professeurs.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter