Trump crée la surprise en annonçant un accord "historique" entre les Émirats et Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Donald Trump, le 28 janvier 2020 à la Maison Blanche
International

INTERNATIONAL - Donald Trump a annoncé ce jeudi la signature d'un "accord de paix historique" entre les Émirats arabes unis et Israël. Celui-ci prévoit que l'Etat hébreu mette fin à son plan d'annexion de grandes parties de la Cisjordanie occupée, selon les Émirats. L'Autorité palestinienne dénonce une "trahison" de sa cause.

Israël et les Émirats arabes unis ont signé, sous l'égide des États-Unis, un "accord de paix historique", permettant à ces deux pays de normaliser leurs relations, a tweeté ce jeudi de manière surprise Donald Trump. Il s'agit d'une "percée spectaculaire", a commenté le président américain, qualifiant cette normalisation d'"accord de paix historique entre nos deux grands amis".

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a également évoqué un "jour historique" et un "pas décisif vers la paix au Moyen-Orient". "C'est un succès remarquable pour deux États parmi les plus en pointe et les plus avancés technologiquement dans le monde", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Vers l’arrêt de "toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens" ?

"Les États-Unis espèrent que ce pas audacieux sera le premier d'une série d'accords clôturant 72 années d'hostilités dans la région", a poursuivi le ministre américain des Affaires étrangères. "Bénis soient les faiseurs de paix. Mabrouk et Mazel Tov", a conclu M. Pompeo, en utilisant la formule traditionnelle servant à présenter ses félicitations en arabe et en hébreu.

Le prince héritier d'Abou Dhabi a de son côté affirmé que l'accord de normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël comportait l'arrêt de "toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens". "Lors d'un appel entre le président (américain Donald) Trump et le Premier ministre (israélien Benjamin) Netanyahu, un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire de territoires palestiniens", a indiqué cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane sur son compte Twitter.

"La plupart des pays y verront une étape audacieuse pour parvenir à une solution à deux États, donnant du temps aux négociations", a déclaré de son côté le ministre d'État aux Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle il a ajouté que les deux pays allaient ouvrir des ambassades dans "pas longtemps".

"Une nouvelle ère commence", affirme Netanyahu

Cet accord marque une "journée historique", a immédiatement réagi sur Twitter le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. "Aujourd'hui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe", a-t-il déclaré plus tard dans la soirée. "J'ai eu une discussion trilatérale avec le président américain Trump et le cheikh Ben Zayed (Émirats, ndlr) et nous avons convenu d'un accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux, y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv. Les Émirats vont investir des sommes importantes en Israël (...) Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région."

Cette normalisation aura pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion de pans de la Cisjordanie occupée, a ajouté Benjamin Netanyahu, assurant toutefois qu'il n'avait pas "renoncé" à cette option. "J'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion", a-t-il soutenu.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a lui aussi salué cet accord. "J'ai suivi avec attention le communiqué conjoint des États-Unis, de l'État frère des Émirats arabes unis et d'Israël sur l'arrêt de l'annexion des territoires palestiniens par Israël", a tweeté le chef d'État égyptien, saluant "une étape" vers la "réalisation de la paix au Moyen-Orient".

Une "trahison" de la cause palestinienne

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas ne ne 'entend pas de cette oreille. Elle  a qualifié jeudi soir de "trahison" de la cause palestinienne cet accord et a appelé à une "réunion d'urgence" de la Ligue arabe pour le dénoncer.

La normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation", a de son côté dénoncé un porte-parole du mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. "Cet accord est rejeté et condamné. Il ne sert pas la cause palestinienne mais est considéré comme une continuation du déni des droits du peuple palestinien", a déclaré à l'AFP Hazem Qasem, qui a livré trois guerres à Israël par le passé et qui a encore échangé des tirs avec l'État hébreu au cours de la dernière semaine.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a convoqué une "réunion d'urgence" jeudi soir de la direction palestinienne pour discuter de cette normalisation des relations, a rapporté l'agence officielle Wafa. Au terme de cette rencontre, selon Wafa, la direction palestinienne devrait annoncer sa réaction. L'Autorité palestinienne de M. Abbas est au pouvoir en Cisjordanie occupée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent