Trump frappe le Mexique d'une taxe douanière pour qu'il lutte contre l'afflux de migrants clandestins vers les Etats-Unis

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

TAXES - Donald Trump a décidé d'employer les grands moyens contre le Mexique, accusé de laxisme sur le dossier de l'immigration clandestine. Le président américain a annoncé jeudi 30 mai de mettre en place des droits de douane dès le 10 juin.

"Des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique". C'est l'annonce choc faite par Donald Trump ce jeudi 30 mai, afin de lutter contre l'immigration clandestine mexicaine. Le président américain a par ailleurs précisé que tarifs allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu". Les droits de douane pourraient passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a-t-il précisé dans un communiqué publié par la Maison Blanche.


La décision a été qualifiée immédiatement de "désastreuse" par le Mexique qui plaide pour un dialogue avec les Etats-Unis sur la question de la migration clandestine et qui veut éviter toute "confrontation". Plus tôt, Donald Trump avait affirmé qu'il "n'ordonnerait pas la fermeture de la frontière" entre les Etats-Unis et le Mexique, une mesure très critiquée depuis plusieurs mois. Mais la mise en place de ces tarifs douaniers était aussi mal vue au sein de son administration, qui craint pour le futur nouvel accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC), lancé paradoxalement le même jour par le gouvernement américain.

Les Américains débordés

Donald Trump avait préparé le terrain, quelques heures auparavant, en annonçant qu'un groupe de plus d'un millier de clandestins avait été interpellé après avoir franchi la frontière séparant le Mexique des Etats-Unis au niveau d'El Paso, au Texas. Un chiffre sans précédent. "Les démocrates doivent défendre notre incroyable police aux frontières et enfin colmater les brèches à notre frontière !" avait-il tweeté, accompagnant son message d'une vidéo nocturne de plus de deux minutes montrant des dizaines de silhouettes franchissant, apparemment facilement, une barrière.

Dans un communiqué, la CBP (service de douane et protection des frontières) a rappelé que "tous les membres du groupe arrêtés venaient du Guatemala, du Honduras ou du Salvador", les trois pays d'où proviennent la majorité des migrants qui se rendent aux Etats-Unis via le Mexique.

Donald Trump avait fait de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique l'une des promesses centrales de sa campagne de 2016. Il accuse sans relâche l'opposition démocrate, qui contrôle depuis janvier l'une des deux chambres du Congrès, de bloquer toute initiative sur la frontière.


Confrontées à des flux grandissants de clandestins à la frontière mexicaine, les autorités américaines n'ont plus les moyens de tous les maintenir en détention. Elles ont donc récemment officiellement décidé de relâcher "les familles" dont aucun membre n'a de casier judiciaire en attendant qu'un tribunal examine leur cas.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter