Trump menace de remettre en cause la politique de la "Chine unique", Pékin lui répond

International
DirectLCI
DIPLOMATIE - Jusque là, Washington privilégiait ses relations avec Pékin, en dépit du voisin taïwanais. Mais dans une interview accordée dimanche à la chaîne Fox, Donald Trump a menacé de revenir sur le principe de "Chine unique". Celle-ci se dit "gravement préoccupée".

Pendant sa campagne, Donald Trump s'est montré particulièrement cinglant avec la Chine. Et les nouvelles déclarations du futur président américain ne devraient pas améliorer les relations entre Pékin et Washington. Lors d'une interview accordée à la chaîne Fox News dimanche, Donald Trumps a en effet menacé de ne plus reconnaître le principe de "Chine unique", qui avait conduit son pays à interrompre les relations diplomatiques avec Taïwan depuis 1979.


"Je ne veux pas que la Chine me dicte ce que je dois faire", a ainsi affirmé le prochain locataire de la Maison blanch, interrogé sur un récent entretien téléphonique qu'il avait eu avec la présidente taïwanaise, Sai Ing-wen. Cette dernière l'aurait alors félicité de sa victoire. Ce qui constituait un véritable retournement diplomatique puisque depuis près de 40 ans, aucun président ou futur président n'avait adressé la parole à un dirigeant de cette île, pour ne pas froisser le voisin chinois.

Des critiques sur la politique de la Chine

"Cela a été un appel très agréable et court. Au nom de quoi une autre nation pourrait-elle dire que je ne peux pas prendre un appel ?", s'est-il interrogé tout en reconnaissant ne pas comprendre pourquoi il devait être lié à une politique de "Chine unique". "À moins que nous passions un accord pour obtenir d'autres choses, y compris sur le commerce", a expliqué le miliardaire. 


Mais bien plus que ce revirement, Donald Trump est allé encore plus loin en critiquant ouvertement la politique de l'Empire du Milieu. "Nous sommes durement touchés par la dévaluation" de leur monnaie, a-t-il indiqué. Selon lui, la Chine "taxe" également les produits américains "aux frontières, alors que les Etats-Unis ne taxent pas les leurs". 

Il ne font rien pour nous aiderDonald Trump

Sur le plan militaire, le président élu a déclaré que le pays construisait "une énorme forteresse en mer de Chine méridoniale". Et selon ses propos tenus dimanche, la menace d'utilisation d'armes nucléaires par le régime nord-coréen devrait être résolue par le principal allié de Pyongyang, à savoir Pékin. "Ils ne font rien pour nous aider", a-t-il insisité.


La réaction de la Chine ne s'est pas faite attendre. Lundi, celle-ci s'est dite "gravement préoccupée" par ces déclarations. Si Washington changeait sa position, "il ne saurait plus être question de croissance saine et régulière des relations sino-américaines", a-t-elle indiqué par la voix du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. Un peu plus tôt dans la journée, le journal nationaliste chinois Global Times avait réagi à ses propos en jugeant le magnat de l'immobilier "aussi ignorant en diplomatie qu'un enfant". 


Depuis son élection, Donald Trump avait pourtant envoyé un signal de coopération en nommant comme ambassadeur dans le pays, Terry Branstad, qualifié de "vieil ami" par la Chine. Celui-ci entretient en effet des liens avec le président Xi-Jinping depuis plus de trente ans. La diplomatie chinoise avait alors salué cette nomination qui devrait, selon elle, contribuer "au développement des relations bilatérales". Mais ça, c'était avant les dernières déclarations du futur président des Etats-Unis...

En vidéo

Le coup de fil de Trump à Taïwan qui provoque l'ire de la Chine

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter