Tué au Burkina Faso en libérant les otages français, Alain Bertoncello "était toujours heureux"

International

Toute L'info sur

Libération d'otages français au Burkina : l'hommage national aux deux militaires tués

PORTRAIT - Alain Bertoncello est l'un des deux militaires tués, dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 mai, dernière en sauvant deux otages français au Burkina Faso. Décrit comme "toujours joyeux" et très travailleur par ses proches, le soldat décédé à 28 ans était engagé dans l'armée depuis 2012.

Discret, souriant, joyeux, travailleur... Les adjectifs sont nombreux pour décrire Alain Bertoncello. Jeune soldat d’élite du prestigieux commando Hubert, il est décédé dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 mai après avoir libéré deux otages français. Engagé depuis 2012 dans les rangs de l’armée, le jeune homme de 28 ans a eu une carrière à l'engagement sans faille.

Lire aussi

"Il aimait faire son travail et ça se voyait"

Enfant de Haute-Savoie, il était originaire d'Annecy. C'est à 21 ans qu'il a intégré les rangs de l'armée. Formé comme fusilier marin, il a accédé au prestigieux commando Hubert en 2017. Comme son compagne d'arme, Alain Bertoncello était donc affecté à la base militaire de Saint-Mandrier-sur-Mer, dans le Var. Un lieu ou l'entraînement est particulièrement "rigoureux", selon Lucien Deloof, un militaire retraité. Au micro de TF1, il décrivait une équipe qui était "plus que l’élite". Quand il ne travaillait pas d'arrache pied, l'officier avait ses habitudes au bar du coin, Le Mistral. Son gérant témoigne d'un homme qui "adorait la vie". "On rigolait beaucoup ensemble", nous a-t-il confié. 

Mais celle qui décrit le mieux le jeune homme reste Léa Latourte, sa compagne. Dans un témoignage poignant, la jeune femme de 26 ans, elle aussi militaire, expliquai que son conjoint, avec qui elle était pacsée, faisait son travail "jusqu'au bout, dans le moindre détail". "Il aimait le faire [son travail] et ça se voyait. Moi, je sentais qu'il était heureux d’être là-bas. C’était sa passion",  a-t-elle confiée, émue, à TF1.

En vidéo

Soldats tués au Burkina Faso : la compagne d'Alain Bertoncello témoigne

Au-delà de sa carrière militaire, Léa Latourte décrit un compagnon qui était "humble" et "serviable". "C’était quelqu'un d’une gentillesse extrême, c'était un soleil cet homme. Il était parfait à mes yeux." Une description qu'on retrouve chez son père. Particulièrement ému, mais très fier, Jean-Luc Bertoncello dépeint un fils heureux. "Il était toujours heureux, il souriait tout le temps."

Au cours de sa carrière, Alain Bertoncello avait également été déployé aux Seychelles, au Qatar et au Sahel.  Des missions pour lesquelles il avait notamment été décoré de la médaille d'or de la défense nationale. Selon la presse régionale, les obsèques de celui qui recevra la Légion d’honneur à titre posthume seront célébrées samedi 18 mai, chez lui, en Haute-Savoie. Un hommage "dans l'intimité familiale". Le faire-part diffusé dans la presse invite à partir du 15 mai ceux qui le souhaitent à se recueillir devant sa dépouille, à la maison funéraire d'Annecy.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter