44 chefs d'accusation contre Robert Bowers, l’auteur de la tuerie antisémite de Pittsburgh

International
INCULPATION - Robert Bowers, l’homme accusé d'avoir tué onze personnes samedi dans une synagogue de Pittsburgh fait désormais face à 44 chefs d'accusation, contre 29 énoncés initialement, aux termes de l'acte d'inculpation validé mercredi par un grand jury.

Les chefs d’accusation s’accumulent contre Robert Bowers, l’homme accusé d’avoir tué onze personnes à Pittsburgh samedi 27 octobre. A 46 ans, le suspect a comparu lundi pour la première fois devant la justice, en chaise roulante, après avoir été blessé par balle lors de son arrestation. Il doit de nouveau se présenter devant la justice jeudi matin. Il risque la peine de mort pour avoir commis l'acte antisémite le plus meurtrier jamais vu aux Etats-Unis.

Ses actes "sont aussi diaboliques qu'incompréhensibles, et complètement répugnants au regard des valeurs de notre nation", a indiqué le ministre américain de la Justice Jeff Sessions, dans le communiqué annonçant l'acte d'accusation. "C'est pour cela que cette affaire est importante non seulement pour les victimes et leurs proches mais aussi pour la ville de Pittsburgh et tout le pays", a-t-il ajouté.

Rendre la justice

"Le processus commence aujourd'hui pour rendre justice aux victimes de ces actes abominables, panser les plaies des familles des victimes, de la communauté juive et de la ville", a indiqué de son côté le procureur fédéral de Pittsburgh, Scott Brady.

Robert Bowers est notamment visé par onze chefs pour obstruction au libre exercice des convictions religieuses ayant causé la mort et par onze autres pour utilisation d'armes à feu à des fins d'assassinat.

Selon les autorités, l'homme a fait irruption dans la synagogue "Tree of Life" en plein office du chabbat samedi matin, armé de trois pistolets et d'un fusil d'assaut semi-automatique. Cet homme blanc qui vivait seul dans un appartement à une quinzaine de kilomètres de la synagogue a indiqué après son arrestation vouloir "tuer des juifs". Il avait posté avant l'attaque de nombreux messages antisémites sur le réseau social Gab, très prisé de l'extrême droite.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Pittsburgh touchée par la pire attaque antisémite de l’histoire récente des Etats-Unis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter