Tuerie dans un club gay à Orlando : les questions qui restent en suspens

Tuerie dans un club gay à Orlando : les questions qui restent en suspens
International

ETATS UNIS – Un Américain a commis un carnage samedi dans une boite de nuit gay, faisant 50 morts et 53 blessés. Une tragédie qui soulève plusieurs questions, notamment à propos de la radicalisation du suspect, que le FBI avait déjà repéré. Metronews fait le point.

► Le FB a-t-il failli dans le suivi d'Omar Mateen ?
Dans les heures qui ont suivi le drame du Pulse d'Orlando, le FBI a rapidement mis un nom sur le suspect. Et pour cause : Omar Seddique Mateen avait été interrogé à trois reprises par le FBI dans le cadre de deux enquêtes. La première, en 2013, était liée à des propos radicaux tenus sur son lieu de travail. Il travaillait depuis 2007, et jusqu'à la date de l'attentat, pour G4S, a confirmé dimanche l'entreprise britannique, l'une des plus importantes sociétés de sécurité au monde. Après enquête auprès de collègues, surveillance et vérifications, le FBI n'a pas été en mesure d'établir qu'Omar Mateen avait bien tenu ces propos et la police fédérale a donc classé le dossier.

A LIRE AUSSI
>> Tuerie homophobe d'Orlando : suivez notre direct

Un an plus tard, nouvel interrogatoire, cette fois au sujet de ses liens avec Moner Mohammad Abusalha, un Américain de Floride qui a rejoint le groupe Etats Islamique avant de mourir dans un attentat suicide au camion piégé, en mai 2014. Le FBI a alors estimé que le contact entre les deux hommes était "minimal" et ne "constituait pas une relation significative ou une menace", a expliqué Ronald Hopper. "Il n'y avait rien qui permettait de maintenir l'enquête ouverte", a-t-il insisté.

► Pourquoi l'assaut policier est-il intervenu si tardivement ?
Peu après l'entrée dans le club d'Omar Seddique Mateen, un officier de police, qui travaillait comme agent de sécurité dans la boîte de nuit Pulse, a échangé des coups de feu avec l’assaillant vers deux heures du matin. L’homme a ensuite pris des personnes en otage, avant que les troupes d’élite américaines du SWAT ne pénètrent dans la boîte de nuit et n’abattent l’agresseur. 

EN SAVOIR +
>>  Le récit d'une nuit d'horreur dans un club gay d'Orlando

"A 5 heures [locales] ce matin, la décision a été prise de porter secours aux otages qui se trouvaient à l’intérieur. Nos officiers ont échangé des coups de feu avec le suspect. Le suspect est mort", a rapporté John Mina, chef de la police d’Orlando. Soit trois heures après le premier échange. Au moins un policier a été blessé dans la fusillade et les forces de l’ordre ont réussi à sauver quelque 30 personnes, a-t-il ajouté.La police a annoncé avoir procédé à une "explosion maîtrisée" dans la discothèque plusieurs heures après la fusillade, mais n’a pas expliqué les raisons du délai de cette intervention.


► Quels sont les liens entre Mateen et Daech ?
Quelques minutes avant de perpétrer son attentat, le suspect a appelé les services d'urgence pour faire "allégeance" au groupe Etat islamique, a indiqué dimanche le FBI. Dimanche soir, puis lundi matin, Daech a revendiqué l'attaque meurtrière. Toutefois, outre les enquêtes lancées par le FBI, rien, dans les témoignages recueillis à son sujet après l'attaque ne laissent penser à une proximité de Mateen avec l'organisation terroriste. Son père affirme même que son fils n'a pu "commettre cet acte au nom de la religion". De son côté, son ex-épouse, qui parle surtout d'un compagnon violent et de qui elle est séparée depuis 2011, affirme ne pas avoir décelé de religiosité exacerbée. L'enquête pourrait permettre d'en savoir davantage.

Le chef du FBI James Comey a exprimé lundi sa conviction que le tueur d'Orlando avait été "radicalisé" en partie par internet et inspiré par diverses organisations extrémistes sans pour autant avoir été "dirigé" par celles-ci. "Il y a de fortes indications de radicalisation par ce tueur. Et une inspiration potentielle par des organisations terroristes étrangères", a déclaré M. Comey

EN SAVOIR +
>>  Qui est Omar Mateen, l'auteur du massacre d'Orlando ?

Y'a-t-il un lien avec une arrestation en Californie ?
Hasard ou coïncidence, au moment où le carnage était perpétré à Orlando, un jeune homme de vingt ans a été arrêté à Santa Monica, un véritable arsenal de guerre étant retrouvé dans sa voiture. L'individu a été appréhendé alors qu'il souhaitait se rendre à la Gay Pride de Los Angeles, regroupant plusieurs centaines de milliers de personnes. Ses motivations - belliqueuses ou non - restent encore inconnues. Quant au lien avec le massacre d'Orlando, il n'est, pour l'heure, pas établi par les autorités.

EN SAVOIR + 
>> 
Los Angeles : les motivations encore floues de l’individu arrêté en marge de la Gay Pride

DOSSIER
>>  Tous nos articles consacrés à la tuerie d'Orlando

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Allègement du confinement : les questions en suspens avant l'allocution d'Emmanuel Macron

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent