Tuerie de Charleston : le drapeau confédéré est-il un symbole raciste ?

Tuerie de Charleston : le drapeau confédéré est-il un symbole raciste ?

International
DirectLCI
HISTOIRE - Trois jours après la fusillade de Charleston qui a fait neuf morts, des manifestants ont réclamé samedi le retrait du drapeau confédéré, qui flotte toujours au-dessus du parlement de Columbia, capitale de la Caroline du Sud. Né de la guerre de Sécession, cette bannière est-elle un symbole de ségrégation raciale ? Eléments de réponse avec Nicole Bacharan, spécialiste des Etats-Unis.

Dans la capitale de la Caroline du Sud, en hommage aux neuf morts de la tuerie de Charleston, le drapeau américain et le drapeau de l’Etat ont été mis en berne. A quelques mètres de là, au pied du siège du gouvernement, un drapeau a pourtant continué de flotter, provoquant l'indignation des habitants  : le drapeau confédéré (le Dixie Flag). Entre celui de l'Afrique du Sud période apartheid ou celui de l'ex-Rodhésie, symbole de suprémacisme blanc, cette bannière est également visible sur les photos qui ont circulé de Dylan Roof, l'auteur présumé de la tuerie. Peut-il être considéré comme un symbole raciste aux Etats-Unis ? Explications en trois points.

 De quand date le drapeau confédéré ?
Les États confédérés d'Amérique - 13 Etats du sud du pays, pro-esclavagistes au 19e siècle, en guerre contre ceux du Nord - ont utilisé plusieurs drapeaux au cours de leur existence, de 1861 à 1865, le dernier étant celui qui provoque aujourd'hui la colère en Caroline du Sud, une croix bleue ornée de treize étoiles sur fond rouge. 

Après la fin de la guerre de Sécession , en 1865, l'ensemble des drapeaux confédérés ont été interdits durant toute la période de la Reconstruction (1863-1877), avant de refaire surface. Les drapeaux actuels du Mississippi et de la Géorgie sont largement inspirés du Dixie Flag

► Quel est le sens du drapeau confédéré ?
Si ce drapeau représentait les Etats du sud opposés à ceux du Nord pendant la Guerre civile au 19e siècle, dans les années 1960, il ressurgit en défi contre le Mouvement des droits civiques qui s'est levé pour lutter contre la ségrégation des Noirs, très présente dans le sud. Il devient donc, dans les milieux extrémistes, un symbole raciste, utilisé notamment par le Ku Klux Klan.

Pour autant, le drapeau confédéré est également considéré par ses défenseurs comme un symbole de fierté et un héritage de l’histoire et la culture du Sud. Bikki Haley, gouverneur de Caroline du Sud, déclarait en novembre 2014 qu'il était  certes "un sujet sensible", mais que personne ne s'en plaignait . Pourtant, Nicole Bacharan, spécialiste des Etats-Unis, affirme à metronews que tout le monde connait le sens raciste de ce drapeau : "On se sert de l'Histoire car on regrette 'le bon vieux temps'. Il est une défiance au gouvernement fédéral et véhicule un message raciste". Avant d'ajouter : "Les Noirs ici détestent ce drapeau qui est une menace. C'est un message voilé qui est parfaitement visible en réalité". 

 Pourquoi n'a-t-il pas été mis en berne à Columbia ?

Cette situation résulte d'un compromis passé en 2000. Le gouvernement fédéral oblige le Sénat de Caroline du Sud à retirer le drapeau du dôme du Capitole pour le déplacer aux abords du monument érigé en l'honneur des soldats confédérés, où il flotte à présent. "Ce drapeau doit flotter en haut d'un mât situé au sud du monument du soldat confédéré, au centre, à 3 mètres de la base du monument et à une hauteur de 10 mètres", peut-on lire sur le monument.

En outre, toujours selon le compromis trouvé, il fut décidé que tous les symboles de l'époque confédérée seraient désormais intouchables, sauf vote du Parlement local à la majorité des deux tiers. Ce qui explique que, contrairement aux autres drapeaux, le Dixie Flag flotte toujours à Columbia. Pour l'instant, en tout cas.

EN SAVOIR +
>> 
Fusillade de Charleston : qui est Dylann Roof, le suspect arrêté ?
>> 
"Terrorisme", le mot si peu prononcé pour évoquer la fusillade de Charleston
>> 
Tuerie de Charleston : "Si c'était un Noir qui avait tiré sur des Blancs, on aurait spontanément parlé de terrorisme"
>> 
Tuerie de Charleston : Dylann Roof impassible face aux proches des victimes
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter