Tuerie de Charleston : un membre de la NRA blâme le pasteur de l'église

Tuerie de Charleston : un membre de la NRA blâme le pasteur de l'église
International

POLÉMIQUE - Un responsable de la NRA, association très controversée défendant le port d'arme, a fait parler de lui en accusant le pasteur de l'église d'avoir une part de responsabilité dans la fusillade qui a fait neuf victimes. Il lui reproche ses positions anti-armes.

Il fallait oser. Charles Cotton, membre de la National Rifle Association (NRA), association de défense du port d'armes, a déclenché une vive polémique outre-Atlantique, quelques jours après le massacre de neuf Noirs dans l’église de la communauté noire de Charleston, rapporte le site américain Quartz .

"Des personnes innocentes sont mortes à cause de ses positions politiques"

Dans un message posté puis rapidement effacé sur Texaschlforum, ce membre du très controversé lobby des armes a expliqué que le drame aurait pu être évité. Selon lui, le pasteur et élu du Sénat local Clementa Pinckney, mort dans la fusillade, aurait ainsi une part de responsabilité, du fait de ses positions anti-armes.

"Il a voté contre le port d'armes dissimulées. Huit des membres de cette église pourraient être encore en vie s'il leur avait permis de porter des armes de poing dans l'église. Des personnes innocentes sont mortes à cause de ses positions politiques", a-t-il écrit.

Une théorie fumeuse qui se heurte aux chiffres

Si le commentaire polémique a rapidement été supprimé, il n'a pas manqué d'être largement repris sur les réseaux sociaux. Interrogé par le Washington Post , le membre de la NRA, qui précise qu'il s'agit de son opinion personnelle, explique qu'"il ne devrait pas y avoir d'endroit où le port d'arme n'est pas autorisé, que ce soit à l'école ou les églises. Les tueries de masse se déroulent dans des lieux où les armes à feux sont interdites".

Une démonstration qui se heurte rapidement à une étude chiffrée, puisque le FBI souligne que des civils non-armés ont trois fois plus de chances d'arrêter un tireur que des citoyens armés. Ces derniers n'ont en effet stoppé que 4% de ce type d'incidents, souligne l'étude.

De quoi se demander si le membre du lobby n'en a pas simplement oublié de se demander si un contrôle plus strict sur la circulation des armes à feu n'aurait pas été plus efficace. Un sujet pourtant abordé par Barack Obama quelques heures plus tôt : "nous devons être capables, collectivement, de faire évoluer notre façon de penser sur les violences par armes", avait-il déclaré à la conférence des maires américains.

EN SAVOIR +
>> VIDEO - Dylann Roof impassible face aux proches des victimes
>>
Stephen King laisse éclater sa colère contre le lobby des armes sur Twitter

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent