Tuerie de la synagogue de Pittsburgh : le réseau social Gab contraint de fermer

International
EXTRÊME DROITE - Le réseau social prisé de l'extrême droite américaine, sur lequel l'auteur de la tuerie de Pittsburgh postait des messages antisémites encore quelques heures avant de passer à l'acte, va devoir fermer. La société lui fournissant l'accès à internet a indiqué qu'elle mettait fin à ses services à partir de lundi. D'autres partenaires ont annoncé qu'ils se désolidarisaient de Gab, qui dénonce une atteinte à la liberté d'expression.

"Attendez-vous à ce que nous soyons bannis de Twitter et de facebook bientôt, ne soyez pas surpris" a prévenu cette nuit la réseau social Gab, via son compte Twitter. "Continuez à vous battre pour la liberté les amis" a-t-il ajouté assurant qu'il serait de retour. Prisé de la mouvance d'extrême droite, le réseau social Gab a été utilisé par l'auteur présumé de la tuerie de Pittsburgh quelques heures avant son passage à l'acte. Depuis, les partenaire techniques et commerciaux de Gab ont annoncé leur retrait.


La société lui fournissant l'accès à internet, Joyent, a ainsi annoncé qu'elle mettrait fin à ses services à compter de lundi. Paypal a de son côté annoncé qu'il excluait Gab de ses services de paiement en ligne en raison des discours de haine colportés sur ce site avec la bienveillance de ses administrateurs. "Gab va probablement être hors service pendant des semaines à cause de cela", a réagi le réseau social sur son compte Twitter.


Quant aux critiques sur les discours de haine proférés sur le réseau, Gab - qui s'est lancé en 2016 sur le modèle de Twitter  - estime que les réseaux mainstream fonctionnent avec les mêmes "dérives". "Nous continuerons à nous battre pour la liberté d'expression et la liberté individuelle en ligne pour tous. Les grandes firmes technologiques ne peuvent pas nous arrêter. Les médias traditionnels ne peuvent pas nous arrêter", affirme ainsi le réseau social.

La devise de Gab est d'ailleurs : "Tous bienvenus pour s'exprimer librement". Mais cette liberté a attiré de nombreuses personnalités d'extrême droite, exclues des réseaux sociaux traditionnels comme Twitter ou Facebook pour leur propos particulièrement virulents. 


De nombreux défenseurs d'un Internet libre ont dénoncé une position hypocrite et craignent une main-mise des géants du Web.

 Dans un communiqué, Gab a assuré avoir une "tolérance zéro" pour la violence et le terrorisme, se disant "attristé et écœuré" par la tuerie de Pittsburgh. Quand le nom du tueur a été rendu public, Gab a indiqué que le nom de Robert Bowers correspondait à celui de l'un de ses utilisateurs et qu'il avait immédiatement fermé ce compte.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Pittsburgh touchée par la pire attaque antisémite de l’histoire récente des Etats-Unis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter