Tuerie de Las Vegas : les enquêteurs s'interrogent sur la santé mentale de Stephen Paddock

INDICES - Quatre jours après l'attaque qui a fait 58 morts lors d'un concert en plein air dans le Nevada, les enquêteurs étudient des éléments liés à la santé mentale de l'assaillant. Des médicaments psychotropes lui auraient notamment été récemment prescrits.

Toujours pas de mobile mais un profil psychologique qui se précise. Quatre jours après la fusillade, décrite comme la plus meurtrière de l'histoire américaine récente, les autorités n'avaient pas encore identifié les raisons qui ont poussé un comptable retraité de 64 ans, inconnu des services de police, à ouvrir le feu sur une foule assistant à un concert puis à se suicider. "Nous essayons de comprendre ses motivations", a admis le shérif de Las Vegas, Joseph Lombardo, lors d'une conférence de presse, précisant que des entretiens avec l'ex-femme de Stephen Paddock ou son frère n'avaient pas ouvert de piste.


Pourtant, selon CBS, la compagne du tireur, Marilou Danley, a indiqué aux enquêteurs qu’avant de quitter les Etats-Unis pour les Philippines, elle était préoccupée par la santé mentale de ce dernier. Elle aurait notamment expliqué au FBI qu'"il était parfois allongé au lit, gémissant et criant 'Oh mon Dieu',"  rapporte NBC


ABC News, qui le décrit comme "obsédé" par l’ex-mari de sa compagne, précise qu'il avait perdu beaucoup de poids pendant cette période et négligeait son apparence. "Il descendait dans la folie", conclut un enquêteur, s'appuyant sur les 33 fusils que s'était procuré l'assaillant dans les 11 mois qui ont précédé l’attaque. Pour rappel Stephen Paddock avait accumulé un arsenal de 47 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions. 1.600 cartouches ont été retrouvées dans sa voiture par les enquêteurs.

Sous anxiolytique

Enfin, le tueur aurait fait l'objet d'une ordonnance pour un anxiolytique - type valium - en juin, médicament qui peut générer des comportements agressifs, d'après le quotidien Las Vegas Review Journal. Autant d'indices sur la santé mentale de Stephen Paddock qu'étudient actuellement les enquêteurs, a indiqué le shérif de Las Vegas.


Le président de la commission du Renseignement du Sénat américain, Richard Burr, a affirmé que la fusillade ne semblait pas être de nature "terroriste" même si aucune piste n'est exclue à ce stade.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fusillade à Las Vegas

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter