Tuerie du Colorado : le tireur ne voulait pas de "bébés en petits morceaux"

Tuerie du Colorado : le tireur ne voulait pas de "bébés en petits morceaux"

International
DirectLCI
ETATS-UNIS - L'homme qui a attaqué un centre de planning familial du Colorado, vendredi, a manifesté son opposition à l'avortement devant les policiers, révèle la chaîne d'information NBC News.

Des propos anti-avortement. Selon la chaîne américaine NBC, l'homme qui a tué trois personnes, vendredi, dans un centre de planning familial du Colorado, a clairement manifesté son opposition à l'avortement lors de son interrogatoire. Robert Lewis Dear, 57 ans, a ainsi affirmé aux policiers ne plus vouloir voir de "bébés en petits morceaux". Le tireur aurait également mentionné le nom du président Barack Obama, sans donner de précisions.

De son côté, la présidente de Planned Parenthood pour le secteur des montagnes Rocheuses, Vicki Cowart, a déclaré que "des témoins confirmaient" que le tireur "était mû par son opposition à l'avortement légal". "Il s'agit d'un acte de violence effroyable à l'encontre de l'accès aux soins, visant à terroriser des professionnels de santé qualifiés et dévoués", a-t-elle ajouté.

Sécurité renforcée autour des centres de planning familial

Les quelque 700 centres de Planned Parenthood, une organisation à but non lucratif qui reçoit des fonds publics, fournissent des services gynécologiques à un grand nombre de femmes: examens préventifs, contraception, interruptions volontaires de grossesse (IVG). L’organisation est régulièrement la cible d'attaques, parfois violentes, de la part d'opposants à l'avortement.

Vendredi, Robert Lewis Dear - que les médias américain décrivent comme un solitaire apparemment perturbé, connu des services de police pour des délits mineurs -, s'est introduit dans un centre Planned Parenthood, à Colorado Springs, avant d'ouvrir le feu durant cinq heures, tuant un policier et deux de ses concitoyens et faisant neuf blessés légers. Il s'est finalement rendu après une longue confrontation avec la police.

Depuis vendredi, la sécurité a été renforcée autour des centres de planning familial dans le Colorado, même si la police n'a fait état d'"aucune menace précise", selon Peter Carey, chef de la police de Colorado Springs.

A LIRE AUSSI >>  Fusillade dans le Colorado : "Ça suffit", lance Obama

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter