Turquie : l’ambassadeur russe tué à Ankara, des agents du Kremlin envoyés pour enquêter

DirectLCI
ATTAQUE - L’ambassadeur russe auprès de la Turquie, Andreï Karlov, attaqué par un tireur à Ankara, est décédé, selon Moscou, qui dénonce "un acte terroriste". L'auteur des coups de feu serait un policier turc. Des agents russes se rendent sur place pour enquêter.

Il est désormais décédé. L'ambassadeur russe auprès de la Turquie, Andreï Karlov, qui avait été hospitalisé dans un premier temps après avoir été touché par des coups de feu à Ankara, a succombé à ses blessures.


Selon les premiers éléments rapportés par le quotidien turc Hürriyet, un homme a ouvert le feu sur le diplomate alors qu'il inaugurait une exposition d'art dans la capitale turque. Moscou, par la voie de son ministre des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a confirmé la mort d'Andreï Karlov en dénonçant "un acte terroriste".


L'homme qui a ouvert le feu sur le diplomate, Andreï Karlov, pendant qu'il visitait une exposition d'art à Ankara, était "de la police", a déclaré le maire d'Ankara, Melih Gökçek. Dans la soirée, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé son homologue russe Vladimir Poutine afin de lui donner des informations sur l'attaque.

"Alep" et une "vengeance" évoqués

"Pendant que l'ambassadeur faisait un discours, un homme grand, portant un costume, a tiré d'abord en l'air, puis a visé l'ambassadeur", a raconté Hasim Kiliç, correspondant du quotidien Hürriyet dans la capitale turque présent sur les lieux au moment de l'attaque. "Il a dit quelque chose à propos d'Alep et d'une vengeance". 


Sur des images postées par des médias turcs, on voit l'ambassadeur allongé à terre et un homme armé d'un pistolet se tenir près de lui. De grande taille, et portant un costume, le tireur se trouvait à côté de l'ambassadeur russe. 15 à 20 coups de feu auraient été échangés. Andreï Karlov était en plein discours lorsque il a été touché par balles dans le dos. Né en 1954, l'ambassadeur avait été nommé à son poste à Ankara en juillet 2013.


"La personne qui a mené l'attaque à main armée contre (Andreï) Karlov a été neutralisée au cours d'une opération", a fait savoir l'agence de presse progouvernementale Anadolu, sans préciser si l'assaillant était mort ou vivant. Trois autres personnes ont été blessées dans l'attaque, ont annoncé les médias turcs.

Condamnations

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que le président Vladimir Poutine avait été "informé" de l'attaque. Un groupe de 18 enquêteurs, agents des services secrets et diplomates russes se rendent en Turquie afin d'enquêter, a annoncé mardi le Kremlin cité par les agences russes. "Le groupe opérera en Turquie dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de 

l'ambassadeur de Russie Andreï Karlov, conformément à l'accord trouvé entre les présidents russe et turc lors de leur conversation téléphonique", lundi soir, a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.


Les Etats-Unis ont condamné à leur tour l'attaque subie par l'ambassadeur russe. "Nous avons vu les informations selon lesquelles l'ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov avait été attaqué par un homme armé à Ankara. Nous condamnons cet acte de violence, quelle qu'en soit l'origine".


A son tour, l'Elysée a réagi à cette attaque par l'intermédiaire d'un communiqué. "Le président de la République condamne avec force l’assassinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara." 


La Syrie, pays allié de la Russie, a également condamné l'assassinat de l'ambassadeur le qualifiant de "crime abominable". "La République arabe syrienne condamne de la manière la plus ferme la lâche attaque terroriste qui a conduit à la mort de l'ambassadeur russe en Turquie. Ce crime abominable confirme l'urgence de consacrer tous les efforts et déployer tous les moyens pour combattre le terrorisme", indique le communiqué.

Embellie après la crise

Cet attentat est survenu à un moment où les relations entre la Turquie et la Russie connaissent une embellie depuis plusieurs mois après une grave crise diplomatique née de la destruction en novembre 2015 par l'aviation turque d'un avion militaire russe au dessus de la frontière syro-turque.


La Russie est pourtant le principal allié du régime syrien, qui est en passe de reprendre Alep, la deuxième ville de Syrie, alors que la Turquie soutient les rebelles qui cherchent à renverser le président syrien Bachar al-Assad. Une réunion est à cet égard prévue pour mardi à Moscou entre les chefs des diplomaties russe, turque et iranienne axée sur le dossier syrien.


Ankara a déclaré vouloir préserver "l'amitié turco-russe". "Nous ne laisserons pas cette attaque jeter une ombre sur l'amitié entre la Turquie et la Russie", a déclaré le ministère. Le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu a pour sa part dénoncé un "attentat contre les relations turco-russes".

En vidéo

Ambassadeur russe assassiné à Ankara : des mesures de sécurité défaillantes ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter