Turquie : l'ancienne basilique Sainte-Sophie bientôt convertie en mosquée ?

Description du sujet digitial
International

LAÏCITÉ - Le Conseil d'Etat turc a examiné ce jeudi matin la demande de reconversion en mosquée de l'ex-basilique Sainte-Sophie. Cette transformation, activement soutenue par le président Recep Tayyip Erdogan, pourrait devenir une source de tensions internationales.

Sainte-Sophie va-t-elle devenir une mosquée ? La haute juridiction administrative turque s'est réunie lors d'une brève audience ce jeudi matin pour décider si l'actuel musée devait redevenir un bâtiment religieux musulman. La décision devrait être communiquée d'ici 15 jours selon la télévision d'Etat TRT. Portée par Erdogan, cette requête est particulièrement controversée. Beaucoup voient dans cette remise en question un coup fatal porté au statut laïc du pays. 

Erdogan déterminé à obtenir gain de cause

Puissant symbole religieux et historique, Sainte-Sophie est bâtie au VIe siècle à la demande de l'empereur romain Justinien. Située sur les restes d'une ancienne église de Constantinople (actuelle Istanbul), la grandiose basilique devient rapidement l'un des plus grands édifices du monde religieux. Après la prise de la ville par les Ottomans, elle est convertie en mosquée en 1453. Plusieurs siècles plus tard, en 1935, elle est transformée en musée par le dirigeant de la jeune République turque, Mustafa Kemal, soucieux de "l'offrir à l'humanité". 

Le statut du bâtiment se retrouve régulièrement au cœur des débats. Depuis 2005, les recours devant la justice se sont succédé pour demander un retour au statut de mosquée, sans succès jusqu'ici. Néanmoins, le président Erdogan est bien décidé à obtenir gain de cause pour réparer ce qu'il avait qualifié l'an dernier de "très grosse erreur".

Une forte opposition

Au sein même du pays, de nombreuses voix s'élèvent contre cette possible décision. A l'international, certains Etats se montrent particulièrement critiques. Les Etats-Unis, par la voix de Mike Pompeo, ont déjà exhorté "les autorités turques à continuer de conserver Sainte-Sophie comme musée, en tant qu'illustration de leur engagement à respecter les traditions cultuelles et la riche histoire qui ont façonné la République turque, et à assurer qu'elle demeure ouverte à tous". 

La Grèce voit également d'un mauvais œil cette prise de position, le pays surveillant de près le devenir du patrimoine byzantin en Turquie. Une décision favorable du Conseil d'Etat pourrait donc susciter de nombreuses tensions dans un contexte où les relations vis-à-vis de la Turquie ne sont déjà pas toujours au beau fixe. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent