Meetings annulés en Allemagne : Erdogan évoque des "pratiques nazies"

International

POINT GODWIN - Des meetings de soutien à Erdogan ont été annulés en Allemagne. Des pratiques "qui ne diffèrent en rien de celles de la période nazie", a déclaré dimanche 5 mars le président turc, furieux.

Berlin devrait répondre rapidement à cette violente attaque. Dimanche 5 mars, le président turc Recep Tayyip Erdogan a assimilé l'annulation de deux meetings de ses soutiens en Allemagne à des "pratiques nazies". Pour rappel, ces meetings avaient été organisés dans le cadre de la campagne pour le référendum turc du 16 avril, lors duquel sera soumis aux électeurs un projet d'extension des pouvoirs d'Erdogan. Les 1,5 million de Turcs vivant en Allemagne forment un bassin électoral non négligeable pour les différents partis turcs. Avant chaque scrutin de ce type, ces derniers n’hésitent ainsi pas à les courtiser outre-Rhin.

Pour le moment, la chancellerie fédérale n'a pas réagi officiellement aux propos d'Erdogan, mais la numéro deux de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), la formation d'Angela Merkel, a estimé que le chef de l'Etat turc "réagissait comme un gamin têtu qui n'arrive pas à obtenir ce qu'il veut". De son côté, Julia Klöckner, vice-présidente de la CDU, a déclaré au journal Bild : "La comparaison avec le nazisme traduit un nouvel accès d'intempérance"

A noter que les turbulences entre Berlin et Ankara - constantes depuis le putsch manqué de juillet en Turquie - se sont aggravées après l'incarcération lundi pour  "propagande terroriste" d’un correspondant germano-turc du quotidien Die Welt en Turquie. M. Erdogan a présenté vendredi M. Yücel comme un "représentant du PKK" et  comme un "agent allemand". Une accusation jugée "aberrante" par Berlin.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter