Twitter signale deux de ses tweets comme trompeurs, Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux

Twitter signale deux de ses tweets comme trompeurs, Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux
International

FACT CHECKING - C'est inédit : Twitter a signalé deux messages de Donald Trump postés ce mardi sur son compte personnel, qui affirmait que le vote par la poste était nécessairement frauduleux. Un geste auquel le président américain a réagi vertement, en deux temps.

"Vérifiez les faits". C'est ce qu'on peut lire sous deux tweets de Donald Trump mardi 26 mai. Le locataire de la Maison Blanche affirmait que le vote par par correspondance était nécessairement "frauduleux". Un tel signalement est une première, alors que les réseaux sociaux sont souvent accusés de laxisme dans leur traitement des propos tenus par des dirigeants.

Il y a deux semaines, Twitter a renforcé ses règles pour lutter contre la désinformation sur la pandémie, en élargissant les types de messages qui pourront être signalés aux utilisateurs comme potentiellement "trompeurs" ou "controversés". 

"Il n'y a PAS MOYEN (ZERO !) que le vote par correspondance soit autre chose que substantiellement frauduleux", avait posté le président américain sur son compte Twitter. "Le gouverneur de la Californie est en train d'envoyer des bulletins de vote à des millions de personnes. Tous ceux qui vivent dans l'Etat, peu importe qui ils sont ni comment ils sont arrivés là, vont en recevoir. Ensuite des professionnels vont leur dire, à ces gens qui sont nombreux à n'avoir même jamais pensé à voter avant, comment et pour qui voter. Ce sera une élection truquée", a-t-il continué.

Sous ces deux tweets s'affiche désormais la mention "Obtenez les faits sur le vote par correspondance", qui renvoie à un résumé des faits et à des articles publiés dans la presse américaine pour rétablir la vérité (par exemple le fait que la Californie n'envoie des bulletins qu'aux électeurs inscrits et non pas à tous les habitants de l'Etat). 

"Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel sur le vote par correspondance. Cette décision a été prise en accord avec l'approche que nous avons présentée plus tôt ce mois-ci", a justifié un porte-parole de la plateforme. 

Trump dénonce une interférence dans la campagne

Le président américain n'a pas manqué de réagir, accusant le réseau social d'"interférer" dans l'élection présidentielle de 2020, et de bafouer la liberté d'expression. "Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post", a réagi le président, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. "Twitter étouffe la LIBERTE D'EXPRESSION", a-t-il ajouté. 

Nouveaux tweets ce mercredi, avec un ton encore plus menaçant : "Les républicains ont le sentiment que les plateformes de réseaux sociaux censurent totalement les voix conservatrices. Nous allons les réglementer sévèrement, ou les fermer, pour ne pas permettre qu'une telle chose se produise", a écrit l'hôte de la Maison Blanche. Avant de repartir à l'offensive contre le vote par correspondance.

Lire aussi

En fonction du potentiel de danger des messages et du degré de doute, les modérateurs de Twitter peuvent répondre avec des mises en garde ou des avertissements, voire aller jusqu'au retrait dans le pire des cas (information trompeuse et dangereuse).La désinformation est considérée comme particulièrement cruciale par Facebook et les autres plateformes depuis les tentatives de manipulation de l'élection présidentielle américaine et du référendum sur le Brexit, en 2016.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent