Ukraine : de nouveaux affrontements font dix morts en 24 heures dans l'est

International

AFFRONTEMENTS - En seize mois, et malgré la trêve, plus de 6.800 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements opposant l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes dans l'est de l'ex-République soviétique.

Malgré la trêve et le cessez-le-feu, c'est un conflit qui n'en finit pas. D'après un décompte de l'AFP, et alors que les affrontements se sont intensifiés dans l'est de l'Ukraine entre forces ukrainiennes et rebelles pro-russes, dix personnes dont huit civils ont été tuées en 24 heures, selon un nouveau bilan établi lundi 17 août à partir de sources officielles.

Les autorités ukrainiennes ont annoncé la mort de trois civils et deux soldats dans la zone contrôlée par Kiev. Cinq civils ont également été tués dans deux localités contrôlées par les séparatistes, ont déclaré ces derniers. Plus tôt dans la journée, le précédent bilan annoncé par l'AFP faisait état de sept morts, tous des civils. Et au total, ce sont donc plus de 6.800 personnes qui ont été tuées en seize mois, alors que les négociations pour trouver une solution au conflit sont au point mort. 

Inquiétudes à l'Ouest comme à l'Est

La Commission européenne et la Russie ont exprimé lundi leur inquiétude quant à ce regain de violence. "Nous condamnons la récente escalade des affrontements qui ont continué cette nuit", a déclaré la porte-parole de la Commission européenne Catherine Ray. "Le plus important est que les deux parties respectent pleinement le cessez-le-feu et prennent toutes les mesures appropriées pour protéger les civils dans le plein respect de la loi humanitaire internationale", a-t-elle ajouté.

Mais la Russie, accusée par Kiev et les Occidentaux de soutenir militairement les séparatistes, a accusé l'Ukraine de "préparer une offensive". "Nous sommes inquiets du cours des événements de ces derniers jours, qui ressemblent très fortement à la préparation d'une action militaire", a lancé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse à Moscou. A l'heure où le bilan des accords de Minsk  II sur la trêve doit être dressé, la situation est loin d'être bien engagée.

À LIRE AUSSI
>>  Crash du vol MH17 : la Russie met son veto à l'ONU à la création d'un tribunal spécial
>> Crise en Ukraine : le boxeur Vladimir Klitschko redoute une "3e guerre mondiale"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter