Ukraine - Des hommes armés s'emparent du Parlement et du gouvernement en Crimée

Ukraine - Des hommes armés s'emparent du Parlement et du gouvernement en Crimée

International
DirectLCI
INTERNATIONAL - Des hommes armés ont pris possession jeudi matin de plusieurs bâtiments officiels dans la capitale de la Crimée, Simferopol. Cette république autonome russophone d'Ukraine est en proie à des tensions séparatistes qui se sont accrues avec les manifestations de Kiev et le départ du président Ianoukovitch.

La tension monte d'un cran en Crimée. Plusieurs dizaines d'hommes armés ont pris possession jeudi matin du Parlement et du gouvernement à Simferopol, la capitale de cette république autonome russophone d'Ukraine en proie à des tensions séparatistes, et ont dressé des drapeaux russes.

Une cinquantaine d'hommes, équipés d'"armes modernes", sont arrivés au cours de la nuit et empêchaient jeudi les employés d'entrer dans les bâtiments, a déclaré à l'AFP le Premier ministre de Crimée, Anatoli Mohilyov. Les autorités locales s'apprêtent à "prendre des mesures", a-t-il ajouté sans autre précision, en appelant ses concitoyens au calme. Mohilyov a indiqué avoir tenté en vain de négocier avec les assaillants, qui ont refusé, déclarant ne pas disposer de l'autorité nécessaire.

Les pro-russes réclament un référendum

La Crimée, ayant d'abord appartenu, au sein de l'URSS, à la Russie, a été rattachée à l'Ukraine en 1954. Elle continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire dans ses quartiers historiques, la ville portuaire de Sébastopol. Les pro-russes réclament la tenue d'un référendum sur le statut de la Crimée, dans le sud de l'Ukraine, en proie à des tensions séparatistes qui se sont accrues depuis la destitution la semaine dernière du président Viktor Ianoukovitch.

Mercredi, de brefs affrontements ont opposé des manifestants pro-russes et des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes à Simferopol, alors que le chef du parlement local excluait tout débat sur une éventuelle sécession. Plus de 5.000 personnes s'étaient regroupées mercredi devant le parlement de Crimée, Tatars d'un côté, les plus nombreux, pro-russes de l'autre, selon un journaliste de l'AFP.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter