Ukraine : Kiev s'enfonce dans la crise

Ukraine : Kiev s'enfonce dans la crise

DirectLCI
INTERNATIONAL – Les autorités ont repris mercredi une partie du centre de Kiev au prix de violentes batailles avec les manifestants, après deux mois d'une confrontation qui vient de faire ses premiers morts.

Autobus en flammes, jets de cocktails molotov et barricades... Kiev est devenu un champ de bataille entre pro-européens et forces de l'ordre. L'Ukraine a en effet basculé depuis dimanche dans une spirale de violences . Bilan : au moins cinq morts et des centaines de blessés parmi les manifestants. Visages masqués et organisés en milices, ces derniers ont encore durci le mouvement mercredi après la publication la veille d'une nouvelle loi qu'ils jugent "liberticide". Elle autorise la police à utiliser un arsenal de grenades pour disperser les contestataires, ainsi que des canons à eau.

Des scènes encore inconcevables il y a deux mois, quand cette révolte née de la décision prise par le président Viktor Ianoukovitch de suspendre les relations avec l'Union Européenne a débuté. Depuis plusieurs semaines, les trois grands partis pro-occidentaux du Parlement multiplient les rencontres avec le pouvoir et tentent d'organiser le mouvement. En vain. "L'opposition manque d'une figure emblématique", nous explique le géopolitologue Pierre Verluise, directeur du site Diploweb . Un peu trop au goût de la rue, qui perd patience. Dimanche, l'ancien boxer au premier plan de la contestation Vitali Klitschko a même été accueilli devant les barricades par une décharge d'extincteur.

"La crise se radicalise"

Confrontée à une fronde que les responsables politiques ukrainiens ne peuvent canaliser, l'Union Européenne a haussé le ton mercredi. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a averti Kiev de "possibles actions" et de "conséquences pour les relations" avec l'Ukraine. Plus que jamais, le président Ianoukovitch est accusé d'avoir pris un virage autoritaire en muselant les manifestants. Mais aussi de marcher dans les pas de Vladimir Poutine, l'influent voisin russe.

"La crise se radicalise, les autorités semblent avoir décidé de tourner le dos à l'Union, analyse Pierre Verluise. Difficile de dire dans quelle direction tout cela va, les deux camps sont très motivés." Hasard du calendrier, le 22 janvier est le Jour de l'unité nationale en Ukraine. En théorie seulement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter