Ukraine : un militant biélorusse retrouvé pendu, une enquête pour "meurtre" ouverte

SERGEI SUPINSKY / AFP

ENQUÊTE - Le directeur d'une ONG aidant les personnes ayant fui la Biélorussie, porté disparu depuis la veille en Ukraine, a été retrouvé pendu à Kiev, a indiqué mardi la police qui a ouvert une enquête pour "meurtre".

Il avait disparu lundi dans la capitale ukrainienne. Le militant biélorusse Vitali Chychov "a été retrouvé pendu aujourd'hui dans l'un des parcs de Kiev, à proximité du lieu où il habitait", a indiqué mardi dans un communiqué la police. Selon l'une des versions étudiées, il pourrait s'agir d'un "meurtre camouflé en suicide", a ajouté la police qui a ouvert une enquête.

L'ONG du militant accuse le régime de Minsk

À la tête de l'organisation "Maison bélarusse" en Ukraine, Vitali Chychov était sorti faire un jogging à Kiev lundi matin mais n'en est jamais revenu. L'ONG a dénoncé mardi une "opération planifiée" par le régime du président Alexandre Loukachenko afin de "liquider" une personne qui aidait ceux qui fuyaient la répression en Biélorussie. "Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une opération planifiée des tchékistes (terme désignant les forces de sécurité, ndlr) pour liquider (une personne) véritablement dangereuse pour le régime biélorusse", a indiqué l'organisation "Maison bélarusse en Ukraine" sur Telegram. "Vitali était surveillé et la police (ukrainienne) en avait été notifiée. Nous avions été avertis à plusieurs reprises à la fois par des sources locales et par des personnes en Biélorussie de (la possibilité de) toutes sortes de provocations allant jusqu'à l'enlèvement et à la liquidation", a poursuivi l'ONG.

Selon elle, Vitali Chychov, 26 ans, avait été contraint de déménager en Ukraine à l'automne 2020 après avoir participé en août à des manifestations anti-gouvernementales à Gomel, dans le sud de la Biélorussie et s'être "opposé activement" aux autorités.

Une affaire concomitante à l'incident aux JO

Comme lui, de nombreux biélorusses ont fui leur pays, souvent pour l'Ukraine, la Pologne et la Lituanie, sur fond de répression féroce de toute contestation dans cette ex-république soviétique nichée entre la Russie et l'UE et dirigée d'une main de fer depuis 1994 par le président Alexandre Loukachenko.

Lire aussi

L'affaire de Vitali Chychov intervient peu après un incident aux Jeux olympiques de Tokyo avec la sprinteuse biélorusse Krystsina Tsimanouskaya, qui a dit avoir été contrainte à se retirer de la compétition et menacée d'un rapatriement forcé pour avoir critiqué sa fédération sur les réseaux sociaux. L'athlète de 24 ans s'était réfugiée à l'ambassade de Pologne, dont elle a obtenu lundi un visa humanitaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.