Ukraine : "La lutte continue"

Ukraine : "La lutte continue"

DirectLCI
MANIFESTATIONS - Au lendemain des concessions accordées par le Président, les contestataires n'étaient plus que quelques milliers dimanche place de l'Indépendance à Kiev. Suffisamment toutefois pour parvenir à prendre possession du ministère de la Justice.

"La lutte continue". Place de l'Indépendance à Kiev, c'était le mot d'ordre des manifestants dimanche, au lendemain des premières concessions accordées par le président Viktor Ianoukovitch. Au terme de l a semaine la plus violente depuis le début de la contestation , le Président a pourtant surpris en faisant des propositions sans précédent. Deux chefs de file de l'opposition se sont ainsi vu offrir la direction du gouvernement : Arséni Iatséniouk, leader du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, comme Premier ministre, et l'ex-boxeur Vitali Klitschko comme vice-Premier ministre.

Les intéressés lui ont aussitôt opposé une fin de non-recevoir. "Nous sommes déterminés et nous ne reculons pas", a ainsi rétorqué Vitali Klitschko, tout en reconnaissant que "Ianoukovitch a satisfait un grand nombre de nos exigences". "Nous n'allons pas bouger de notre position", a appuyé Arséni Iatséniouk. Les opposants ont rappelé qu'ils exigeaient d'avancer l'élection présidentielle prévue en 2015 dès cette année, ainsi que l'abolition des lois répressives dont l'adoption a mis le feu aux poudres mi-novembre.

Le ministère de la Justice occupé par les manifestants

Joignant le geste à la parole, 2000 manifestants ont pris d'assaut, la nuit suivante, un bâtiment occupé par les forces de sécurité, près de la place de l'Indépendance. Dimanche soir, plusieurs dizaines de personnes ont même pris le contrôle du ministère de la Justice dans le centre de Kiev, sans rencontrer de résistance, a constaté un journaliste de l'AFP.

Aucun représentant des forces de l'ordre n'était présent sur les lieux, et les trois gardiens de l'édifice n'ont pas empêché les contestataires d'y pénétrer. Ces derniers ont immédiatement commencé à ériger des barricades autour du bâtiment en se servant de bennes à ordures. Selon un manifestant qui témoignait sous couvert d'anonymat, les quatre étages du ministère était sous le contrôle des insurgés, dimanche soir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter