Ukraine : regain de tensions en Crimée sous l'œil vigilant de Moscou

Ukraine : regain de tensions en Crimée sous l'œil vigilant de Moscou

DirectLCI
DECRYPTAGE - A l'origine de la montée de la contestation en Ukraine, qui a abouti à la fuite du président Viktor Ianoukovitch, la Russie assoit un peu plus son influence dans le délicat dossier ukrainien après l’agitation de ces dernières heures en Crimée, région majoritairement russophone.

Moscou à la manœuvre. Alors que des militants armés ont fait flotter, jeudi, le drapeau russe sur le siège du Parlement de Crimée à Simféropol, la revue des troupes russes à la frontière ukrainienne alimente les suspicions sur les intentions de Moscou dans l'explosif dossier ukrainien.

L'Etat-major russe a en effet ordonné une inspection surprise des troupes stationnées dans les districts de l'Ouest, non loin de l'Ukraine, et du Centre. 150.000 hommes sont concernés par cette revue d'effectifs qui doit durer jusqu'au 3 mars. Une agitation qui n'a pas manqué de faire réagir Washington. "Toute intervention militaire qui violerait la souveraineté, l'intégrité territoriale de l'Ukraine serait une grave erreur", a ainsi averti le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Sébastopol : base navale russe

Une intervention armée russe en territoire ukrainien est cependant peu probable, juge Philippe Migault, Directeur de recherche à l'IRIS, qui rappelle que la Russie procède "très régulièrement" à ce type de manœuvres, "qui relèvent plus de la gesticulation qu'autre chose".

Néanmoins, si l'influence russe sur l'Ukraine est considérable, elle l'est d'autant plus dans la péninsule de Crimée, sous autorité ukrainienne depuis 1954, mais à majorité russophone. Au-delà de la filiation historique, cette région revêt un intérêt stratégique pour Moscou, qui stationne une partie de sa flotte navale dans la ville portuaire de Sébastopol. Une présence renforcée en 2010 dans le cadre d'un accord russo-ukrainien, dont la contrepartie est la distribution de gaz à l'Ukraine à moindres coûts.

La Crimée, atout russe

Face à la prise du pouvoir des pros-européens à Kiev, des militants pro-russes mobilisent pour obtenir l'adhésion de la population de Crimée à l'indépendance de la péninsule et son intégration à la Russie. C'est dans ce contexte que le quotidien russe Kommersant rapporte jeudi que la Russie a préparé un programme d'investissements de cinq milliards de dollars en Crimée. Les constructions d'un pont ou d'un tunnel à travers le détroit de Kertch, entre la Crimée et la Russie, et d'une autoroute, intègrent notamment ce plan de soutien économique.

Des infrastructures indispensables dans le cas où la Crimée viendrait à s'extraire du giron ukrainien pour revenir sous drapeau russe, comme au temps de l'URSS. En effet, bien que proche du territoire russe, la péninsule ne possède aucune frontière avec la Russie.

Au-delà de la situation propre de la Crimée, cette région stratégique pour la Russie pourrait peser dans les négociations internationales qui devraient rapidement s'ouvrir au sujet de l'avenir de l'Ukraine, en quasi faillite. Après avoir échoué à placer Kiev sous influence financière fin 2013, nul doute que Vladimir Poutine saura user de tous les arguments pour éviter, à nouveau, le rapprochement de l'Ukraine et de l'Union européenne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter