Ukraine : trois morts dans un assaut repoussé des pro-russes

Ukraine : trois morts dans un assaut repoussé des pro-russes

International
DirectLCI
EUROPE - Le ministre de l'Intérieur ukrainien a rapporté jeudi la mort de trois assaillants tués dans la nuit par des hommes de la garde nationale de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine. Une nouvelle escalade de la violence qui intervient au moment de l'ouverture de négociations à Genève entre Moscou et Washington.

Assaut meurtrier en Ukraine. A quelques heures d'une rencontre entre les ministres des Affaires étrangers américain et russe sur le brûlant dossier ukrainien, la situation semble dégénérer dans le sud-est du pays. Une attaque lancée dans la nuit de mercredi à jeudi contre la garde nationale de Marioupol a fait trois morts du côté des assaillants. Ces derniers, au nombre de 300 environ, ont été repoussés par les forces loyalistes selon le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, qui a précisé que 63 d'entre eux avaient été capturés.

Les assaillants ont attaqué le camp avec des bombes incendiaires et des cocktails molotov tout en ouvrant le feu sur les postes de garde, a indiqué le ministre. Après les sommations d'usage, les gardes nationaux ont répliqué, avec le renfort de toutes les unités du ministère de l'Intérieur de la ville, poursuit-il.

Des négociations qui s'annoncent tendues

Cet assaut contré intervient dans un contexte de quasi déroute pour les forces ukrainiennes envoyées aux abords de la ville de Slaviansk, ville emblématique de la dernière série d'insurrections pro-russes, contrôlée depuis samedi par des forces séparatistes. Mercredi, des blindés ont été récupérés par les séparatistes tandis qu'une colonne de 15 véhicules militaires a été bloquée par des manifestants pro-russes.

C'est dans ce contexte d’escalade de la violence que les représentants des diplomaties américain, russe et ukrainien doivent se retrouver, jeudi, à Genève pour tenter de trouver un accord pour apaiser la situation en Ukraine. Les derniers éventements sur le terrain ainsi que les récentes déclarations de Moscou et Washington ne laissent cependant pas présager de sortie de crise. Le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry a déjà prévenu que de nouvelles sanctions seraient prises contre des responsables russes en cas d'échec des négociations.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter