Ukraine : Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance de la Crimée

Ukraine : Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance de la Crimée

DirectLCI
UKRAINE – Nouvelle étape dans le rapprochement de la Crimée à la Russie : Vladimir Poutine a signé lundi un décret reconnaissant l'indépendance de la péninsule séparatiste ukrainienne. Un peu plus tôt, le Parlement de Crimée a voté le rattachement de la péninsule à la Russie.

Nouvelle étape dans le rapprochement de la Crimée avec la Russie. Lundi, le président Vladimir Poutine a signé un décret reconnaissant l'indépendance de la péninsule séparatiste ukrainienne. Une étape indispensable avant son intégration à la Russie. Celle-ci doit en effet faire l'objet d'un accord entre deux Etats indépendants. Un peu plus tôt dans la journée, c'est le Parlement de Crimée qui a fait un pas vers Moscou. Ce dernier a en effet décidé à l'unanimité de demander officiellement l'intégration de la péninsule à la Fédération de Russie avec le statut de République. 

Dimanche, les habitants de Crimée, jusqu'ici territoire ukrainien, ont plébiscité à 96,6 % le rattachement de leur territoire à la Russie à la suite d'un référendum organisé dans la péninsule. Selon un sondage diffusé par les autorités séparatistes de la Crimée : "96,6 % des habitants se sont prononcés pour le rattachement à la Russie et 7% se sont prononcés pour le statut autonome de la Crimée au sein de l'Ukraine".

Un scrutin illégal

"Dans les faits, cela ne changera pas grand-chose",  expliquait à Metronews, Eric Aunoble , historien de l'Ukraine à l'Université de Genève, avant d'ajouter : "la Crimée jouit déjà d'une certaine autonomie par rapport à Kiev, avec un gouvernement et un parlement propre. Si elle est annexée à la Russie, elle garderait en toute probabilité un statut à part".

Washington a immédiatement déclaré qu'il rejetait ce référendum. D'après la Maison Blanche, il s'agit d'un scrutin "contraire à la Constitution ukrainienne", organisé "sous des menaces de violences" de la part de la Russie. Un peu plus tôt dans la journée, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, avait réaffirmé, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le caractère illégal de ce référendum. Même chose du côté de l'Union européenne qui a jugé "illégal et illégitime" ce vote et a annoncé des sanctions dès lundi. Dans un communiqué, les présidents du Conseil européen et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso ont indiqué que ce scrutin était, aux yeux des Européens, "contraire à la Constitution ukrainienne et aux règles internationales".

"Une décision historique"

Dimanche soir, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale de la Crimée pour fêter le rattachement de la région à la Russie. Le Premier ministre séparatiste, Serguiï Axionov, s'est félicité, sur son compte Twitter, du résultat de ce scrutin : "Merci à tous ceux qui ont participé au référendum et ont fait leur choix. Aujourd'hui nous avons pris une décision très importante qui entrera dans l'histoire", a-t-il déclaré. Ce dernier en a également profité pour annoncer que la Crimée demandera officiellement son rattachement à la Russie lundi. "Le parlement de la Crimée se réunira lundi en session extraordinaire pour adopter une candidature officielle à l'intégration à la Fédération de Russie", a-t-il conclu.

Dimanche soir, Vladimir Poutine et Barack Obama se sont entretenus au téléphone à la suite des résultats du scrutin en Crimée. Le président russe a affirmé à son homologue américain que le référendum en question était "pleinement conforme au droit international", d'après le Kremlin. Malgré leurs différences d'appréciation, les deux hommes ont convenu "qu'il était nécessaire de chercher ensemble des moyens de stabiliser la situation en Ukraine".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter