Ukraine : Vladimir Poutine souffle le chaud et le froid

Ukraine : Vladimir Poutine souffle le chaud et le froid

DirectLCI
UKRAINE - Pour la première fois ce mardi, le président russe est revenu sur sa décision d'intervenir en Ukraine. Il dément que des militaires russes opèrent en Crimée et réaffirme son droit à envoyer l'armée en Ukraine

Alors que la tension ne faiblit pas en Ukraine, Vladimir Poutine est enfin sorti du silence. Le président russe a accordé mardi sa première interview à la presse depuis son feu vert obtenu pour une intervention armée en Ukraine . Assis face à quelques journalistes dans sa résidence de Novo Ogariovo, il a donné sa vision des faits. Une vision bien éloignée de celle des pays occidentaux : le maître du Kremlin a nié la présence des forces russes autour des bases militaires ukrainiennes en Crimée. Selon lui, il ne s'agit que "de forces locales d'auto-défense" qui "ne participent pas" aux événements.

Tout au long de son entretien, le président russe, offensif et déterminé, a soufflé le chaud et le froid. Il a ainsi déclaré que Viktor Ianoukovitch restait "le seul chef de l'Etat légitime en Ukraine". Mais admis que le président déchu n'avait "plus d'avenir politique".

Pas d'intervention armée pour le moment

Le président russe a également tenu à écarter, pour l'instant, toute intervention armée en Ukraine. Mais pour mieux ajouter que son pays se réservait malgré tout le droit "de recourir à tous les moyens pour protéger la population".

Enfin, Vladimir Poutine a envoyé un avertissement à l'ensemble des Etats qui envisagent des sanctions contre la Russie . Les dirigeants du G8, qui ont suspendu ce week-end leurs préparatifs au sommet de Sotchi, étaient principalement visés. Le président russe a indiqué que "toutes ces menaces étaient contre-productives et nuisibles". 

Les Etats-Unis ont également été montrés du doigt : "Nous sommes souvent accusés de manquer de légimité. Mais nous sommes obligés de rappeler aux USA leur comportement en Afghanistan, en Irak, en Libye où ils ont agi sans l'accord de l'Onu. Nous nous agissons de façon légitime sur la base du droit international".


Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter