Un an de congés payés : le beau cadeau de Richard Branson à certains jeunes parents de Virgin

International

ENTREPRISE - L'iconoclaste patron de Virgin met en place un très généreux système de congé parental. Ses salariés pourront prendre un an de congé parental après la naissance de leur enfant, le tout en continuant à toucher l'intégralité de leur salaire. Tous n'y auront toutefois pas le droit.

Richard Branson n'est décidément pas un patron comme les autres. Après avoir proposé l'an dernier à ses salariés de prendre autant de congés qu'ils le souhaitaient , à la condition que tous leurs dossiers soient à jour, le milliardaire britannique chouchoute encore ses employés. Cette fois, il vient d'annoncer qu'il allait offrir aux jeunes parents, hommes comme femmes, la possibilité de prendre un an de congé parental après la naissance ou l'adoption de leur bébé.

Il y a un mais...

De quoi faire pâlir de jalousie tous ceux d'entre nous qui ont dû se serrer la ceinture pour profiter ainsi des premiers mois de leur bébé  : le congé parental version Branson, lui, est rémunéré. Ceux qui le prendront pourront même toucher la totalité de leur salaire. "Si vous prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre business", a fait valoir ce grand-père de 64 ans. Qui, comme à chaque fois, réussit à se faire une belle pub avec ce type d'annonce.

LIRE AUSSI >> Le nouveau projet fou de Richard Branson ? Un avion supersonique plus rapide que le Concorde

On est en effet pas loin du simple coup de com' : tous ses salariés ne pourront pas en profiter. Cette offre alléchante est réservée aux salariés londoniens et suisses de Virgin Management, une branche qui gère l'investissement global et les licences de l'entreprise. Au total, 140 personnes seulement sont donc concernées. Et pour percevoir l'intégralité de leur salaires, les employés devront justifier de quatre ans d'ancienneté dans l'entreprise, la rémunération étant dégressive pour les autres. Ceux qui ont intégré le groupe depuis deux ans peuvent tout de même prétendre à 25 % de leur salaire, des conditions qui restent plus avantageuses que dans les autres entreprises britanniques.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter