Un Brexit sans accord : Londres affirme qu'elle ne bluffe pas et tacle Macron

BRAS DE FER - Le ministre britannique du Commerce a affirmé ce dimanche qu'Emmanuel Macron avait "totalement tort" de penser que le Royaume-Uni bluffe en évoquant la possibilité d'un Brexit sans accord, alors que l'Union Européenne pousse Theresa May à respecter ses engagements financiers et à payer la facture.

La tension monte entre le Royaume Uni et l'Union Européenne. Et les négociations se crispent au point que Londres envisage une sortie sans accord. C'est en tout cas ce que confirme ce dimanche Liam Fox, le ministre du Commerce britannique, alors qu'Emmanuel Macron n'y voyait vendredi dernier que "bruit", bluff" et "fausses informations".

Blocage des négociations

Alors qu'est ce qui coince ? Le principal point de blocage des négociations repose sur le montant de la facture du Brexit. Si les Européens ne communiquent pas précisément sur cette somme, une estimation de 60 milliards d'euros est souvent mentionnée. Une facture salée, qui correspond aux engagements financiers pris par le Royaume-Uni en tant que membre de l'Union Européenne, autrement dit son "solde de tout compte". 


D'un côté, Theresa May assure que le Royaume-Uni paiera mais laisse planer le doute quant au montant. La chef du gouvernement laisse entendre que le règlement définitif de ce problème aurait lieu lors de l'accord final sur le Brexit, plus tard donc. Pas de quoi rassurer les 27 membres de l'UE qui demandent de clarifier les choses avant d'aller plus loin dans les négociations.  "Nous n'avons pas fait aujourd'hui la moitié du chemin", a indiqué Emmanuel Macron vendredi , au terme du conseil européen de Bruxelles, remarquant tout de même "une bonne volonté britannique manifeste" ces dernières semaines dans les négociations. "Le problème aujourd'hui de Theresa May, c'est que celles et ceux qui ont prôné le Brexit n'ont jamais expliqué au peuple britannique quelles en étaient les conséquences", a-t-il expliqué.

Un Brexit sans accord ne serait "pas un scénario cauchemar"

Quant au scénario d'un Brexit sans accord, évoqué au Royaume-Uni en raison des écueils dans les  négociations, le président français a assuré qu'"à aucun moment Theresa May n'a évoqué le 'no deal' comme une option". "Qu'il y ait du bruit, du bluff, des fausses informations des uns et des autres acteurs secondaires ou spectateurs de cette discussion, c'est, si je puis dire, la vie des affaires ou la vie des médias", a-t-il analysé, en balayant du revers de la main cette option.


Ce dimanche, le ministre britannique du Commerce a donc tenu à mettre les points sur les i. Invité de la chaîne ITV, il a ainsi affirmé que le président français avait "totalement tort". Liam Fox a assuré que si les négociations engagées avec Bruxelles devaient échouer et si la Grande-Bretagne, une fois sortie de l'UE fin mars 2019, se retrouvait dans le cadre des règles fixées par l'Organisation mondiale du commerce, ce ne serait "pas un scénario cauchemar". Tout comme Theresa May, il a avancé que la question de la facture ne pourrait être clairement déterminée qu'une fois conclu l'accord sur les modalités du divorce avec l'Union européenne.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter