"Un cœur pour la paix" : quand Palestiniens et Israéliens opèrent ensemble

"Un cœur pour la paix" : quand Palestiniens et Israéliens opèrent ensemble

International
DirectLCI
REPORTAGE – Alors que les combats font rage entre Israël et le Hamas à Gaza, metronews s'est rendu à l’hôpital d'Hadassah, près de Jérusalem. Ici, une association finance une équipe de médecins israéliens et palestiniens afin d'opérer des enfants palestiniens. Et ce jour-là, des ambulances sont venues de Gaza.

Septième étage. Celui que l'on appelle ici "l'étage des dauphins", parce que l'animal y est représenté, en grand, sur les murs. A la fois sereine et mystérieuse, c'est une étrange atmosphère qui règne dans ces lieux. Nous sommes dans le secteur de cardiologie pédiatrique de l'immense hôpital israélien d'Hadassah, près de Jérusalem. A cet étage, on opère les cœurs des enfants, qui n'ont parfois pas plus de quelques semaines. Sans les bips des fréquences cardiaques, la présence d'un bébé serait même parfois difficile à déceler sous les minuscules draps roses que l'on aperçoit sur les lits. Mais c'est un prodige d'une toute autre nature qui a forgé la réputation de ce lieu. Un fait unique dans le pays. Depuis plus de dix ans, en effet, médecins palestiniens et israéliens opèrent ensemble ces enfants. Et sous ces draps se trouvent quatre nouveaux nés venus tout droit de Gaza et de Cijordanie.

Au même moment, à quelques dizaines de kilomètres de là, des bombes de l'aviation israélienne terrassent les territoires palestiniens . Et de ce côté-ci du territoire, les alertes répétées obligent les populations israéliennes à courir sous les abris pour se protéger des tirs de roquettes répétés du Hamas. La tension est à son comble. Pourtant, à l'"étage des dauphins", c'est la paix qui prévaut. Et c'est le cas depuis 2005, année de la création de l'association "Un cœur pour la Paix", qui permet d'opérer gratuitement un enfant palestinien atteint d'une malformation cardiaque. Et ce jour-là, comme depuis plus de dix ans, aucune ambulance n'a été arrêtée par un check-point sur la route de Gaza à Jerusalem.

Près d'un enfant palestinien sur deux présente des risques

Les malformations cardiaques congénitales coûtent la vie à de nombreux enfants dans les populations arabes. "En moyenne, en Occident, 1% des enfants sont concernés, nous explique le Dr Azaria Rein, chef du service de cardiologie pédiatrique et  Israélien juif d'origine française. Mais ces risques sont accrus en cas de mariage consanguins, ce qui est très pratiqué dans les populations palestiniennes. Résultat : près d'un enfant palestinien sur deux est concerné".

Non opérés, ces enfants sont promis à une mort certaine. L'anomalie est facilement traitable, mais souvent hors de portée financière pour la plupart de leurs familles : l'intervention chirurgicale coûte en effet près de 14.000 euros. Grâce à l’association, elles n'auront pas à débourser un centime : l'intervention est financée pour moitié par "un cœur pour la paix", et pour l'autre par l’hôpital d'Hadassah.

L'an dernier, 73 enfants, pour la plupart des nouveaux-nés, ont été sauvés par cette équipe de médecins. Depuis 2005, ces sont 560 enfants qui ont pu être pris en charge. En plus de sauver des vies, l’initiative permet aussi chaque année de former des médecins palestiniens et d'acheter du matériel (comme des échocardiographes) mis gracieusement à leur disposition. Sur les murs de l’hôpital, des photos : enfants juifs et musulmans, riant ensemble avec leurs familles. "Pouvez vous me dire lequel est arabe et lequel est juif ?", nous interpelle le Dr Rein devant les images de deux garçons, tous deux opérés du cœur et déguisés en Spiderman. Le véritable tour de force de ces médecins est là : dans ces murs, il n'y en a pas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter